Avec plus de recul
1989
1993
STABLON°
comprimés
QUATRE ANS
tianeptine
APRÈS
12,5 mg 
par comprimé
30 comprimés (blancs) .............................70,40 F
Notre
commentaire
Séc soc. 70% et collect.
ci-dessous
Liste I
Lab. Ardix
Pas grand chose de neuf pour Stablon°
Trois ans après, aucun essai clinique comparatif de la tianeptine contre placebo
n'a été publié, et il n'est toujours pas possible de savoir si cette molécule est
réellement un antidépresseur.
En 1989, faute d'un dossier d'évalua-
blables aux deux précédents (mêmes
ment trop courte et l'absence de compa-
tion clinique assez étoffé, il était impos-
résultats également) (4). Ce nouvel essai
raison, ce qui ne permet pas d'infirmer
sible de se prononcer sur l'efficacité anti-
ne permet pas de faire évoluer notre
l'hypothèse selon laquelle un placebo
dépressive et l'intérêt thérapeutique de la
jugement. On ne peut qu'approuver la
aurait fait aussi bien que la  tianeptine.
tianeptine  (1). Voilà pourquoi il convient
conclusion de l'auteur d'un article de syn-
de faire un nouveau point sur ce médica-
thèse récent sur la  tianeptine :  «  au moins
ment à la lumière des essais cliniques
deux essais contrôlés versus placebo
a- La mélancolie telle qu'elle est définie dans le
DSM III n'a pas le même sens que celui qu'elle
publiés depuis lors.
sont aussi nécessaires » (5).
possède dans la nosographie classique française
Or, depuis notre précédente analyse,
(dépression grave avec idées délirantes d'auto-
aucun essai clinique comparatif versus
accusation, de ruine, d'incurabilité, etc.). La caté-
gorie DSM III se rapprochant le plus de cette enti-
Pas d'effet antidépresseur
placebo ou antidépresseur de référence
té est le syndrome dépressif majeur avec
rigoureusement démontré
n'a été publié.
caractéristiques psychotiques congruentes à
l'humeur. II ne faut donc pas assimiler la mélan-
colie du DSM III avec la mélancolie de la noso-
Des suivis non comparatifs.  Seuls
graphie française qui recouvre souvent un syn-
Notre précédente analyse portait
quatre essais non comparatifs ont été
drome  dépressif  beaucoup  plus  grave.
notamment sur deux essais  tianeptine
réalisés dont trois publiés dans des
b- Les critères d'inclusion exigeaient un score de
dépression égal ou supérieur à 45 sur l'échelle de
versus  amitriptyline  (2,3). Nous avions
numéros supplémentaires sponsorisés
Hamilton 26 items, et un score minimum de 6 sur
écrit à leur propos : « l`absence de troi-
de la revue Presse Médicale et du British
l'échelle de Newcastle. L'échelle de Newcastle
sième groupe prenant un placebo gène
Journal of Psychiatry.
est censée apprécier le caractère plus ou moins
endogène d'un syndrome dépressif.
considérablement l'interprétation des
Le premier de ces essais, multicen-
résultats de ces deux essais. Néan-
trique, a inclus 30 malades répondant aux
moins, compte tenu de ses dimensions,
critères cliniques DSM III de « syndrome
1- "Stablon°" Rev Prescr 1989 ; 9 (87) : 286-288.
2-  Lôo H et coll. "Tianeptine and amitriptyline.
l'essai le plus important du dossier (3)
dépressif majeur avec mélancolie » (a),
Controlled double-blind trial in depressed alcoho-
permet d'accepter l`idée selon laquelle en
traités durant 42 jours par 3 (le plus sou-
lic patients" Neuropsychobiol1988  ; 19 : 79-85.
pratique  quotidienne ambulatoire et chez
vent) à 6 (exceptionnellement) compri-
3-  Guelfi JD et coll. "Efficacy of tianeptine in
anxious-depressed patients : results of a control-
ce type de patient  présentant une dépres-
més par jour de tianeptine (6) (b).
led multicenter trial versus amitriptyline"
sion non psychotique,  12,5 mg x 3/iour de
11 malades ont arrêté prématurément
Neuropsychobiol  1989 ; 22 : 41-48.
tianeptine permettent d'obtenir globale-
l'essai pour inefficacité ou aggravation, 2
4- Bersani G et coll. "Serotonina e depressione :
studio multicentrico controllato tianeptina versus
ment les mêmes résultats sur les symp-
ont rechuté après une amélioration initia-
amitriptilina" XXXVII Congresso Nazionale della
tômes dépressifs et anxieux que 25 mg x
le. A la fin de l'essai, seulement
Societa Italiana di Psichiatria Roma 6-11 febrraio
3/jour d'amitriptyline » .
17 malades ont présenté au moins une
1989, CIC Edizioni Internazionali : 1243-1249.
5-  Guelfi JD "Efficacy of tianeptine in comparative
diminution de 50 % du score initial de
trials versus reference antidepressants. An over-
Pas d'essai versus placebo. Depuis
dépression (principal critère de jugement)
view" Br J Psychiatr 1992 ; 160 (suppl 15) : 72-75.
lors, un troisième essai tianeptine versus
et pouvaient donc être considérés comme
6-  Bourgeois M et coll. "Etude de la tianeptine
dans les épisodes dépressifs majeurs avec
amitriptyline  ayant inclus  300  patients a
améliorés. Cet essai présente deux insuf-
mélancolie et signes d'endogénéité" Presse Méd
été réalisé dans des conditions sem-
fisances majeures : une durée de traite-
1991 ; 37 (suppl) : 1837-1843.
LA REVUE PRESCRIRE JUIN 1993/TOME 13 N° 130
321
Un suivi non comparatif au long cours a
25 à l'échelle de dépression de
De même, lors de 14 tentatives de sui-
inclus 1231 patients déprimés et traités
Montgomery-Asberg  (10). 140 d'entre eux
cide par  tianeptine  recensées (12 à
par deux à quatre comprimés par jour de
ont été suivis durant un an. La dose quoti-
60 comprimés), le bilan cardiovasculaire
tianeptine ; les résultats ont donné lieu à
dienne de  tianeptine  était de deux compri-
clinique et électrocardiographique est
trois publications (7,8,9). Sur 954 patients
més par jour. La moyenne du score de
resté normal et l'évolution a été favorable
non alcooliques, seulement 380 ont été
dépression a diminué de 41 % après un
dans tous les cas (12).
suivis durant un an (7). Parmi les
mois de traitement et de 55 % après trois
574 abandons de traitement survenus
mois. Au bout d'un an, les 140 patients
pendant la durée de suivi, on note seule-
ont présenté une diminution moyenne de
En conclusion
ment 84 guérisons contre 152 arrêts pour
87 % du score initial.
inefficacité de la tianeptine lors du traite-
Un autre essai clinique, non compara-
ment initial de l'épisode dépressif ayant
tif, a inclus 392 médecins généralistes qui
Les laboratoires Ardix, du groupe
justifié l'inclusion et 103 rechutes dépres-
ont recruté près de 2 000 patients dépri-
Servier, commercialisent la  tianeptine
sives après une amélioration initiale.
més ambulatoires traités par  tianeptine
depuis maintenant 5 ans. Ce délai était
Dans le groupe des patients déprimés
durant trois mois (11). 23 % de perdus de
suffisant pour compléter le dossier d'éva-
ayant initialement répondu favorable-
vue, le grand nombre et I'hétérogénicité
luation initiale et publier des essais cli-
ment au traitement, une rechute dépres-
des évaluateurs et l'absence de groupe
niques comparatifs contre placebo qui
sive est survenue chez 22 % d'entre eux
témoin ne permettent pas de tirer de
seuls auraient pu démontrer si, oui ou
au cours des six premiers mois de suivi
conclusion fiable à partir de cet essai.
non, la tianeptine est vraiment un antidé-
(8). Les résultats obtenus dans le groupe
Aucun de ces essais non comparatifs
presseur. Cela n'a pas été fait pour le
de patients déprimés et alcooliques lors
ne permet d'apprécier l'effet antidépres-
moment, et seuls sont publiés quatre
de l'inclusion (277 patients) sont sem-
seur spécifique de la  tianeptine,  et l'on ne
essais de prescription, non comparatifs.
blables à ceux obtenus dans le groupe
sait toujours pas si ce médicament fait
Même si, par ailleurs, la  tianeptine  est
des patients déprimés non alcooliques
mieux qu'un placebo accompagné d'une
bien tolérée, on ne voit pas pourquoi il
(9). Seulement 130 de ces patients ont
prise en charge psychothérapeutique
faudrait prescrire Stablon° alors que nous
été suivis durant un an et l'abandon du
correcte.
disposons déjà de nombreux antidépres-
traitement pour cause de guérison n'a
seurs qui ont démontré leur activité et un
concerné que 28 d'entre eux.
rapport bénéfices/risques favorable. En
En conclusion d'un des rapports de cet
Une bonne tolérance
définitive, quatre ans après, il faut conclu-
essai, les auteurs écrivent : « Si les résul-
cardiovasculaire
re qu'en l'état actuel des connaissances,
tats obtenus par la tianeptine dans la pré-
Stablon° n'a rien apporté de nouveau. 
vention des rechutes dépressives sont
équivalents à ceux retrouvés avec des
L'intérêt principal des deux derniers
produits de référence, son rôle dans la
essais (10,11) réside dans l'analyse des
7- Lôo H et coll. "Long-term use of tianeptine in
prévention des récidives dépressives est
effets indésirables qui montre que la  tia-
380 depressed patients" Br J Psychiatr 1992 ; 160
apparu supérieur à celui des autres anti-
neptine  possède une bonne tolérance cli-
(suppl 15) : 61-65.
8- Lôo H et coll. "Rôle de la tianeptine dans la pré-
dépresseurs. Ce résultat mérite d'être
nique et biologique. Les effets indési-
vention des rechutes et récidives dépressives.
confirmé au cours d'une étude contrôlée
rables les plus fréquemment rencontrés
Premières estimations" Presse Méd 1991 ; 37
versus placebo »  (8). Effectivement, cette
ont été de type atropinique : sécheresse
(suppl)  : 1864-1868.
9- Malka R et coll. "Long-term administration of
comparaison qui se fonde sur des com-
buccale (9,2 % et 12,2 % des malades
tianeptine in depressed patients after alcohol
paraisons historiques de pourcentages
respectivement), constipation (8,3 % et
withdrawal" Br J Psychiatr 1992 ; 160 (suppl 15) :
issues de la littérature est sans valeur ; la
4,2 %), troubles de la vue (6,1 % et
66-71.
10- Chapuy P et coll. "La dépression du sujet âgé.
seule façon correcte de connaître l'intérêt
1,3 %). Au moment de l'inclusion, dans
Intérêt de la tianeptine chez 140 patients traités
réel de la  tianeptine  pour les diverses
l'un des essais (10), 115 malades avaient
pendant 1 an" Presse Méd 1991 ; 37 : 1844-1852
catégories de patients analysées est de
une affection cardiovasculaire traitée
(suppl).
11- Guelfi JD et coll. "Clinical safety and efficacy
la comparer à un placebo et à un antidé-
(hypertension artérielle, insuffisance coro-
of tianeptine in 1858 depressed  patients treated in
presseur de référence au cours d'essais
naire, insuffisance cardiaque). Aucun
general practice" Neuropsychobiol  1992 ; 25 :
cliniques contrôlés.
d'entre eux n'a présenté d'effet indési-
140-148.
12- Lasnier C et coll. "Acceptabilité cardiovascu-
Un autre essai clinique, lui aussi non
rable de cet ordre. La bonne tolérance
laire de la tianeptine" Presse Méd 1991 ; 37 (sup-
comparatif, mené de manière multicen-
cardiovasculaire de la  tianeptine  a par
pl) : 1858-1863.
trique par 36 médecins, a inclus 228
ailleurs été confirmée par la mesure de la
malades âgés (moyenne d'âge de 79 ans)
fréquence cardiaque, de la pression arté-
répondant à des critères d'inclusion très
rielle et l'enregistrement  électrocardiogra-
larges : syndrome dépressif majeur ou de
phique chez plus de 3 000 malades inclus
DCI
Belgique
Suisse
trouble dysthymique du DSM III avec un
lors des essais cliniques et traités de trois
score de dépression égal ou supérieur à
mois à un an (12).
tianeptine
-
-
CONFIRMATION
Quelques indices nous indiquent qu'il n'est pas superflu de préciser que
Phéromex TGS° et Adultérax° présentés dans le Rayon des Nouveautés du n
o
 128,
pages 187- 188, constituent le poisson d'avril 1993.
La glandaflopine, le procédé "turbogénérateur suractivé", les phéromones humaines,
l'effet rebond, etc. ne sont que pure fiction.
Dommage, non ?
322
LA REVUE PRESCRIRE JUIN 1993/TOME 13 N° 130