AAPEL
Point de vue du Dr Leland Heller (auteur du livre "biological unhappiness")
sur le trouble borderline état limite
traduction 

Ce texte est tiré de la page
http://www.biologicalunhappiness.com/BPDiscFr.htm
et dont la traduction est de notre fait.

" ...On pensait que l’épilepsie était un problème psychiatrique, jusqu’à ce que les anomalies neurologiques sous-jacentes soient comprises.  Des chercheurs ont découvert des anomalies médicales et neurologiques chez les personnes souffrant d'un trouble borderline.  De nombreux symptômes sont probablement dus à un dysfonctionnement du système limbique du cerveau.  A mon avis, le trouble de la personnalité est en premier lieu un problème médical.  Il peut maintenant être traité.
 

L'Expérience Limite
(The Borderline Experience)

Imaginez que vous êtes confronté à un stress mineur : un pneu plat, un évier bouché ou un leger désaccord avec votre épouse, votre ami, votre fiancé(e), votre enfant, etc.  Au lieu de trouver une solution acceptable, votre esprit semble paniquer. Un sentiment d'appréhension se développe, pouvant causer une gêne dans l’estomac ou la poitrine.  Des sensations d’angoisse viennent compliquer ce sentiment croissant d'appréhension et d’inquiétude. Ceci est suivi par une colère qui augmente progressivement, devenant éventuelleement une rage si forte qu’elle vous submerge, alors même que vous vous rendez compte qu'elle est excessive.  Dans les minutes ou les heures qui suivent, d’autres sentiments négatifs se glissent, y compris des souvenirs de souffrances passées, jusqu’à ce que vous reviviez virtuellement chaque émotion négative qu’un être humain peut ressentir.

Vous vous sentez piégé et vulnérable. défenses psychologiques sont submergées par une douleur émotionnelle insupportable.  Vous vous sentez déprimé.  Vous vous sentez incapable de réagir alors que votre esprit et votre corps sont maintenant dans une panique totale.  Vous perdez la perception de la réalité, sautant vers des conclusions erronées dans un effort vain pour réaliser ce qui arrive.  Et comme la douleur continue de s’intensifier, le système nerveux crée des sensations bizarres de vide, d’engourdissement et d’irréalité.  Vous devenez incapable de penser rationnellement alors que la panique continue d'empirer.

Votre esprit cherche alors désespérément une issue et des solutions pour fuir cette douleur.  Il fait revenir à la mémoire des activitées passées où vous vous sentiez mieux.  Dès qu’une méthode est trouvée, votre esprit vous force avec frénésie à poursuivre cette activité jusqu’à un niveau excessif, auto-destructeur, résultant finalement en une délivrance biochimique.  Des substances chimiques du cerveau sont libérées et stoppent la douleur pour vous permettre de vous sentir de nouveau 'normal(e)'.

Mais comment se sentir de nouveau « normal » lorsqu’on sait qu’un phénomène aussi horrible se reproduira?  Comment se sentir à nouveau normal lorsque votre conduite auto-destructrice et déplacée a pour témoins votre famille, vos amis, vos collègues ou votre employeur?  Comment encore se sentir normal lorsque ces comportements provoquent des ennuis financiers, relationnels, physiques ou légaux?

Pour ceux qui ne sont pas atteints de trouble borderline, il s’agit d’un cauchemar qu’on espère ne jamais devoir vivre.  Les "Borderline" le vivent et le revivent sans cesse, surtout lorsqu’ils sont confrontés à un stress.  Bien que les personnes « borderline » ressentent certains symptômes chacune à leur façon, les sensations horribles décrites dans le premier paragraphe (appelées « dysphorie ») sont fréquemment vécues par les personnes "borderline"

Les « borderline » sont prêts à presque tout pour faire disparaître cette dysphorie.  La plupart de l’impulsivité et de l’auto-destruction représentent un effort en vue d’éliminer cette dysphorie.  Certains « borderline », spécialement ceux qui souffrent gravement, vont littéralement couper leur corps pendant ces stades de dysphorie.  L’auto-mutilation en elle-même est sans douleur (les coupures ne font pas mal) , mais elle soulage de la dysphorie

Les « borderline » souffrent aussi de sautes d’humeur fréquentes , intenses et imprévisibles, qui peuvent provoquer de la dysphorie, même en l’absence de stress.  Les sautes d’humeur paralysent les efforts du « borderline » pour vivre une vie heureuse et réussie.  Les « Borderlines » sont les victimes d’une maladie extrêmement pénible...

Tout comme les malades atteints d’épilepsie, de dystrophie musculaire et de névrite fibromateuse (« la maladie de l’homme éléphant), les victimes de troubles « borderline » n’ont ni demandé, ni mérité ou causé leur affection. Les symptômes peuvent être si désagréables pour ceux qui sont en contact avec les « borderline » qu'il peut être difficile voire impossible  de ressentir des sentiments de compréhension ou de compassion à leur égard.  Les « borderlines » souhaitent désespérément être aimés, mais leur maladie les fait parfois paraître impossibles à aimer (non "aimables")Ils sont terrifiés à l’idée d’être abandonnés mais sont en même temps incapables d’empêcher leur maladie de détruire leurs relations.

C'est ce que l'on appelle, l'expérience borderline.

Les Faits

Les facteurs génétiques sont importants : le borderline tend à tenir ça de famille.  Le risque de développer un trouble borderline est six fois plus grand lorsqu’un proche parent a lui-même cette maladie.  Dans des études portant sur de vrais jumeaux, les chercheurs ont découvert que beaucoup de traits de personnalité sont déterminés génétiquement. Il existe une association entre certaines caractéristiques de la personnalité et le type sanguin (appelé « antigènes du groupe sanguin »).

Les « borderline » souffrent également et souvent d’autres troubles.  PMS (syndrome premenstruel),dépression, hypothyroïdisme, déficit en vitamine B12, autres troubles de la personnalité, angoisse, troubles de l'alimentation et problèmes d'abus de substances (drogues,etc) sont les plus fréquents.  L’intelligence n’est pas touchée par la maladie mais la capacité d’organiser et de structurer son temps peut se trouver sérieusement compromise. Il n’y a aucun lien avec la schizophrénie.

... Alors que de nombreux « borderlines » ont souffert de maltraitance ou de négligence durant leur enfance, d’autres ont développé le trouble à la suite de blessures à la tête, d’épilepsie ou d’infections au cerveau.  La disparition prématurée des parents ou l’inceste sont communément associés aux troubles « borderline »

Les faits prouvant l’origine médicale du trouble sont impressionnants : Des études des ondes cerébrales montre souvent des perturbations. Les examens physiques neurologiques sont anormaux.  La mémoire et la vision des choses sont altérées.  La fonction glandulaire peut aussi être anormale.  Le sommeil est anormal.  La réaction à certains médicaments est bizarre.  Lorsqu’elle est injectée en intraveineuse, la procaïne provoque normalement des somnolences, tandis qu’un « borderline » ressentira plutôt les symptômes de dysphorie décrits dans le premier paragraphe. Si l’état « borderline » n’était qu’une maladie émotionnelle, pourquoi alors noterait-on la présence de tous ces autres troubles médicaux neurologiques?

Les « borderlines » ont des déficiences probables au niveau du neurotransmetteur serotonine, une substance chimique cérébrale extrêmement importante. Les problèmes de sérotonine peuvent provoquer de l’angoisse, de la dépression, des troubles d’humeur, une perception anormale de la douleur, de l’agressivité, de l’alcoolisme, des troubles de l'alimentation et de l’impulsivité.

Un excès de sérotonine peut induire un comportement dépressif.

Les déficiences en sérotonine peuvent provoquer beaucoup de problèmes, et surtout un comportement suicidaire.  Des niveaux bas de sérotonine peuvent augmenter le risque d’auto-destruction ou d’actions impulsives au cours d’une crise.  Les suicides les plus violents (pendaison, noyade, etc…) sont généralement commis par des patients qui montrent un niveau diminué du métabolite (produit d’élimination) de la sérotonine au niveau de la moëlle épinière (du fluide spinal).  Chez ceux qui ont tenté sans succès de se suicider, 2 % seront morts dans l’année qui suit.  Si le niveau du métabolite de la sérotonine est bas, ce risque monte à 20%

Les traitements

Grâce aux derniers développements en médecine, les patients « borderline » peuvent maintenant être soignés et souvent guéris.  Le médicament Prozac (substance : fluoxétine) arrête habituellement en quelques jours les sautes d’humeur.  Ceci est, à mon avis, une percée pour les « borderline » aussi importante que ne l’a été l’insuline pour les diabétiques.
Les « borderlines » se considèrent généralement comme des profanes.  Je dis fréquemment à mes patients « borderline » : "vous n’êtes pas un *#%@*, votre cerveau est cassé".  Une fois que ce concept est compris et accepté, le patient borderline ressent généralement un énorme soulagement.  Ils ont besoin de savoir qu’ils ont une valeur comme être humain.  Les sentiments de désespoir et de frustration sont remplacés souvent par de l’optimisme et de la motivation, une fois que le Prozac a arrêté les sautes d’humeur et que le patient réalise qu’il peut mener une vie plus heureuse et plus réussie.

Tous les « borderline » ont besoin d’une aide psychologique. Il est pratiquement impossible de vivre des pendant des années comme « borderline » sans avoir besoin d'une aide psychologique. Du fait que les problèmes sous-jacents sont probablement structurels à l’intérieur du cerveau, le patient « borderline » se trouve avec devant lui une vie remplie de moments pénibles et une capacité à récupérer limitée.

Aucun médicament ne devrait jamais être administré sans une surveillance médicale appropriée.  Ceci est particulièrement vrai pour les médicaments donnés aux patients « borderline » pour traiter leurs troubles.  Certains médicaments aggravent les symptômes du « borderline » , et spécialement l’amitryptilline (ELAVIL) et l’alprazolam (XANAX).  Probablement un tiers des patients borderline peuvent souffrir d’hypothyroïdisme, malgré un test sanguin TSH normal: ils peuvent alors avoir besoin de médication pour la thyroide.

L’antidépresseur fluoxetine (Prozac), qui augmente la sérotonine, élimine virtuellement les sautes d’humeur.  Les sentiments de colère, de vide et d’ennui sont souvent éliminés ou diminués.

...

Les neuroleptiques …se sont révélés efficaces. Ils constituent un appoint remarquable pour traiter la dysphorie et la psychose et peuvent avoir un effet préventif lorsque le « borderline » ressent du stress.  Ils semblent pouvoir « mettre un frein » lorsque les pensées commencent à s’affoler. Mais on ne devrait les utiliser que lorsqu’ils sont nécessaires, comme un antiacide pour les brûlures d’estomac.  Ces médicaments peuvent être efficaces à faible dose, et doivent être pris avec grande prudence.

Si certains médicaments peuvent aider pour le traitement de quelques symptômes, le cerveau reste manifestement « cassé ».  Après une attaque, le cerveau réclame une thérapie pour permettre aux zones saines de reprendre en charge les fonctions des zones atteintes.  C’est la même chose avec les patients  « borderline » en stade de récupération.  Je reste persuadé que le cerveau a besoin d’un re-entraînement.  Les affirmations ...fonctionnent, comme le cerveau humain peut croire presque n'importe quoi si on le lui dit assez souvent...
...
Parfois, des symptômes de confusion du lobe temporal (semblable à l’épilepsie) compliquent le trouble.  Les symptômes les plus courants sont des périodes de non conscience, la sensation que les choses sont irréelles et l’engourdissement de certaines parties du corps.  Ces symptômes sont plus fréquents sous stress, en cas de dépression, de dysphorie sévère et de crises d’inceste.  Ces symptômes peuvent être traités avec le médicament de l’épilepsie qu’est la carbamazepine (Tegretol)...

Les « Borderlines » sont des victimes.  Ils n’ont pas provoqué leur maladie.  Ils ne veulent pas de cette maladie.  Ils veulent être traités correctement...  Et ils méritent qu’on leur donne cette opportunité.

L’institut National de Santé Mentale (NIMH) a été la seule source influente d’étude objective et d’information concernant la vraie biologie qui se trouve derrière les troubles de personnalité borderline.

Des études importantes, comme celles faites par les dr Cowdry et Gardner en 1987, ont montré l’efficacité du Tegretol (carbamazepine) et des neuroleptiques ainsi que les dangers du Xanax (alprazolam). Cet article a été publié dans les Archives de Psychiatrie Générale en février 1988...
Dr. Cowdry était le directeur du NIMH pendant ces dernières années, et sera impliqué dans de futures recherches."

French translation by Alain Tortosa, psychotherapist and president of the french BPD organization AAPEL
(Traduction française par Alain Tortosa, psychothérapeute et président de l'AAPEL, Association d'Aide aux personnes souffrant d'un Etat Limite ou borderline. www.AAPEL.org):
Autorisation par Leland M. Heller, M.D.
 
 

 

texte tiré de la page suivante:
http://www.musicinthenight.com/border/fr.htm
A0UT O2
(l'intégralité du contenu a été repris, tous droits reservés)
AAPEL - retour page borderline

Etat limite / Borderline personality

Compendium d'articles et de textes introductifs
Traduction française
AVRlL/April 2OO2

**********

"Selon la théorie du docteur M.Linehan (professeur de psychiatrie à l’université de Washington), un des plus grands spécialistes qui ait approfondi la question, les « borderlines » (états limites), ont une tendance biologique à réagir plus intensément que les autres à des niveaux de stress moindres d’une part, et à mettre plus de temps pour se rétablir, d’autre part. Leur « pic » émotionnel est plus élevé pour une cause plus faible (raison de moindre importance) et la durée de récupération plus longue".


 

Etre un « cas limite » n’est rien moins qu’un enfer permanent. La douleur, la colère, la confusion, la blessure de ne jamais savoir comment l’on va être dans la minute qui suit.
"Que faire lorsque la personne que vous aimez le plus sur cette terre est atteint d’une maladie qui modifie son comportement de façon si profonde qu’elle semble avoir disparu , ne laissant derrière elle qu’une coquille vide; une maladie dont on ne sait rien, que vos amis pensent ne pas exister et dont les professionnels ne parlent pas; pour laquelle n’existe que peu ou pas de littérature explicative ; une maladie dont même l’OPRAH ne parle pas. Le Trouble de Personnalité Limite est cette maladie et c’est le diagnostic fait sur mon seul enfant."
.Valerie Porr, M.A., « de la plainte au plaidoyer » : l’odyssée d’une mère.



*****************************

"Le trait dominant des « borderlines » est l’instabilité, ce qui les affecte dans maints compartiments de leur vie.

L’état limite amène de grandes souffrances chez ceux qui en sont affectés. La plupart d’entre eux décrivent cet état comme un état permanent de chaos émotionnel, qui les fait passer par des extrêmes de dépression, colère et angoisse.

Les patients « borderline » ont souvent besoin de penser au suicide pour savoir qu’ils peuvent ainsi échapper de leurs sensations dysphoriques.Le chemin de la guérison pour les « borderlines » est souvent long et difficile. Cependant, les « borderlines » sont aussi souvent attirants et productifs. 
Lorsque le traitement leur vient en aide, le patient, le médecin (le thérapeute) et les proches réalisent tous que cela valait la peine d’aller jusqu’au bout.
Les facteurs sociaux dans les BPD (Borderline personality disorders) sont un reflet de beaucoup de problèmes de la société moderne. On vit dans un monde éclaté (réduit en morceaux), dans lequel les familles et communautés ne fournissent plus le support qu’elles avaient l’habitude d’apporter. Dans la société urbaine contemporaine, les enfants ont plus de difficulté à satisfaire leur besoin d’attaches et d’identité. Ceux qui sont prédisposés aux troubles de la personnalité « borderline » peuvent justement avoir un besoin énorme d’un environnement qui leur donne une sécurité émotionnelle et qui réponde à leurs attentes.
Les enfants qui sont « à risque » en raison de leur tempérament peuvent grandir parfaitement équilibrés s’ils se trouvent dans un environnement qui les soutienne. Par contre, si la famille et la communauté (le milieu) ne satisfont pas cette demande spécifique des enfants « à risque », ceux-ci peuvent développer une impulsivité sérieuse et une grande instabilité émotionnelle."

Joel Paris, M.D. est un professeur de psychiatrie à l’université Mc Gill de Montreal

********************************************************************
üTraitement médical du trouble de la personnalité Borderline
Leland M. Heller, M.D.
18 JANVlER 1998
·Le trouble de personnalité « borderline » est une maladie neurologique dévastatrice qui cause des dommages psychologiques énormes et peut détruire des vies. Les risques d’abus de drogue, d’accidents d’auto et du travail et de mort prématurée sont assez grands pour que l’on prenne ce trouble suffisamment au sérieux. Le traitement comprend les médicaments, le conseil (aide psychologique) et le ré-entraînement du cerveau. La prise de médicaments est virtuellement indispensable et peut faire toute la différence.
*Le Prozac a été le médicament le plus étudié et est très efficace. D’autres médicaments sont le Paxil et l’Effexor, le choix de ces derniers au lieu du Prozac dépend de la présence d’autres maladies et/ou d’effets secondaires. Des augmentations du dosage se révèlent rapidement efficaces, souvent même au cours de la journée. Des augmentations/diminutions de dosages ne devraient pas se faire plus d’une fois par semaine, sauf indication contraire du médecin. Les principaux symptômes traités sont : sautes d’humeur, colère chronique, sensation de vide et ennui.

 
 

****



 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

·Neuroleptiques : une production excessive et/ou une sensibilité accrue à la substance cérébrale « dopamine » semble être la cause majeure de la rage, de l’angoisse, du désespoir, des pensées et des impulsions suicidaires, de sensations corporelles bizarres, de pensées paranoïaques, de conduite impulsive et de dysphorie (anxiété, rage, dépression et désespoir). Il y a beaucoup de médicaments dans cette classe thérapeutique, mais l’Haldol semble être le meilleur car il agit rapidement avec un minimum d’effets secondaires et à dosages réduits (habituellement, les génériques ne marchent pas aussi bien ). L’antihistaminique Benadryl va renverser les effets secondaires possiblesqui provoquent des spasmes musculaires. Signalez-le à votre médecin en cas de survenance de cet effet. Les neuroleptiques tels que l’Haldol devraient être administrés chaque fois que des poussées de rage, de colère, de stress, de paranoïa ou des idées suicidaires apparaissent. Ils donnent au patient BPD le contrôle de sa maladie et peuvent être pris avant des événements stressants pour éviter les problèmes. Il vaut beaucoup mieux prendre la médication lorsqu’on doute que d’endurer les conséquences funestes de la perte de contrôle.En cas de symptômes sévères causés par un stress passager, le Risperdal est le médicament d’urgence le plus puissant et le plus efficace à prendre si besoin est, mais il peut causer une profonde somnolence.
·Médicaments pour l’épilepsie: les symptômes les plus sévères du BPD sont semblables à une forme d’épilepsie et comprennent la « dissociation» (sensation d’irréel, engourdissement de certaines parties du corps, sentiment de déjà vu, etc…) et la dysphorie chronique (anxiété, rage, dépression et désespoir). Lorsque des neuroleptiques comme l’Haldol sont sans effet, des médicaments pour l’épilepsie tels que le Tegretol, (carbamazepine), la Neurontin et le Depakote peuvent souvent arrêter les symptômes en quelques heures. Le Depakote (acide valproïque) peut aussi agir sur le trouble bipolaire. Les taux sanguins sont alors à contrôler de près, tout comme les tests sanguins du foie et la numérotation globulaire.
...

AAPEL - retour page synthese trouble de la personnalité Etat limite Borderline

....
Mise en garde:
Toutes les informations présentes sur ce site sont dans le but d'aider à comprendre une maladie pour le moins "particulière" et déroutante
Mais aussi et surtout à soutenir les personnes qui souffrent, malades ou pas. En tous les cas, il est INDISPENSABLE d'avoir recours à un médecin psychiatre et ou therapeute spécialiste de la maladie pour confirmer ou infirmer un diagnostic
 
 

Dernière mise à jour  2013
tous droits réservés