AAPEL
Trouble borderline...
aimer ou etre aimé "impossible"

texte traduit de la page
http://www.bpdcentral.com/support/trust.html
Lettre d'une patiente Borderline
(tous droits réservés)
Same page in english / Meme page en Anglais

Je ne pouvais pas croire qu'il m'aimait assez, et je ne pouvais pas lui faire confiance si il m'aimait trop

Il y a cinq ans, je suis tombé amoureux de quelqu'un qui m'a bien traité, et cela m'a automatiquement incité à me méfier de lui. Je l'ai aimé, mais je ne pouvais pas le lui montrer que parce que cela semblait trop menaçant et que cela m'a donné le sentiment d'être trop vulnérable.
A plusieurs reprises, j'ai rompu avec lui.  Et à plusieurs reprises, nous nous sommes remis ensemble quand je lui disais que j'avais changé d'avis.  Je lui ai dit que je voulais me marier, et puis je lui ai dit que je n'avais jamais dit cela.  Et il a tenu le coup accompagné de cela, faisant ce que je disais parce qu'il était une personne indulgente, il voulait juste me comprendre. 
Il a pris des rendez-vous pour que j'aille voir un thérapeute et je ne voulais pas y aller, il m'a acheté des livres que je n'ai pas lus.  Récemment, j'ai compris que j'aimais le controle que j'avais sur lui. 
Pendant des années, j'ai cru qu'il était le problème.Maintenant je vois que j'ai un trouble de la personnalité borderline. Et ainsi j'ai perdu la meilleure personne que j'ai jamais connue parce que je ne pouvais pas lui faire confiance pour m'aimer assez, et je ne pouvais pas lui faire confiance s'il m'aimait trop.  Il semble que je ne puisse faire confiance -- entièrement -- à un autre être humain.  Je ne sais pas si je le pourrai un jour.
 

AAPEL - retour page synthese trouble de la personnalité Etat limite Borderline

Mise en garde:
Toutes les informations présentes sur ce site sont dans le but d'aider à comprendre une maladie pour le moins "particulière" et déroutante
Mais aussi et surtout à soutenir les personnes qui souffrent, malades ou pas. En tous les cas, il est INDISPENSABLE d'avoir recours à un médecin psychiatre et ou psychothérapeute spécialiste de la maladie pour confirmer ou infirmer un diagnostic
Quoiqu'il en soit le nom d'une maladie importe peu, ce qui compte, c'est d'appliquer le "bon" traitement à chaque malade
 
 

2008