Le trouble de personnalité Borderline Etat Limite et les psychothérapies adaptées.
"C'est quoi une thérapie ?"
... de la magie ?, du vaudou ?
"Pourquoi suivre une thérapie ?"
... "Laquelle choisir ?"

Meme page en Francais / Same page in french
Sommaire
Préambule:
Il est recommandé de lire la page "Médicaments pour traiter le trouble bordeline" avant celle-ci

Merci monsieur de la palisse pour cette superbe introduction que voila: "La thérapie qu'il vous faut est celle dont vous avez besoin"
Il pourrait aussi nous proposer "plusieurs fois sur le métier tu remettras ton ouvrage" ou encore (hélas) "jamais deux sans trois".
Tout cela pour dire qu'étant donné qu'il existe déjà des liens psychologiques entre le médicament qui est une "simple" substance chimique et l'individu (l'effet placebo a été prouvé), cela est encore plus vrai entre un patient et son psychothérapeute.
La confiance est indispensable (mais pas suffisante),(il faut bien sur y mettre du sien aussi), tout le monde ne s'entend pas avec tout le monde. Ce qui est bon pour votre voisin ne l'est pas forcément pour vous et vice-versa.
"Le courant ne passe pas avec votre thérapeute ?"
(si vous estimez qu'il ne vous apporte pas ce que vous attendez de lui ou pire si vous pensez qu'il vous "dégrade")
- Posez-vous la question quant à savoir si cela vient de vous ou pas
- Discutez en avec lui
... Et si après avoir murement réfléchi (et même parlé à vos proches si cela est possible) vous en arrivez à la conclusion que ce n'est pas un "bon" psychothérapeute (pour vous), alors changez-en !
Vous n'êtes pas "marié avec lui pour le meilleur et pour le pire jusqu'à ce que la mort vous sépare"
Tout cela est vrai mais vous devez garder en tête qu'une thérapie ne pourra réussir que si vous, patient, vous impliquez et jouez le jeu de la vérité et de la confiance en renoncant (graduellement ?) à la fuite et aux "mensonges".
Mais pour autant, voyons voir les différentes méthodes

..
Sommaire sur "thérapies et trouble borderline":

Généralités sur les thérapies
Besoin d'aide oui, mais pas de reproches
"Border quoi ?". Les psychothérapeutes ne "veulent pas" des borderlines !
Thérapie ? - Attention, le trouble borderline est aussi une maladie biologique

C'est quoi une thérapie ?
C'est quoi une psychothérapie ? Il en existe plusieurs ? ça "marche" ?
Votre diagnostic est-il sans importance pour une thérapie ?
Comment choisir un (bon) thérapeute pour trouble Borderline ? (généralité)

Types de thérapies
C'est quoi les thérapies psychodynamique / psychanalyse ?
La psychanalyse est-elle adaptée au traitement des personnes ayant un trouble borderline état limite ?
La connaissance de soi c'est bien, mais gare au suicide !

La Thérapie Cognitive, c'est quoi ?
La Thérapie Comportementale, c'est quoi ?
Quelles sont les differences entre les deux,  la thérapie cognitive et la thérapie comportementale TCC ?
Les TCC sont-elles adaptées au traitement de la personnalité borderline ?
"Therapie pour borderline ?" TCD (Thérapie Comportementale Dialectique) (DBT en anglais)
Autre "thérapie pour borderline ?", TFT (Thérapie Concentrée sur le Transfert), Masterson thérapie

Thérapies évaluées et validées
Les méthodes psychothérapeutiques évaluées et validées pour le trouble de la personnalité borderline

En savoir plus sur la DBT
C'est quoi la "philosophie" des thérapies comportementales comme la DBT ?
C'est quoi la thérapie DBT ? (réponse de psy, bref qu'on comprend pas)
C'est quoi la thérapie DBT ? (deuxième essai)
Pratiquer une thérapie DBT c'est comme aller à l'école ?
Fréquence et durée des séances
Comment se déroule une "lecon" ?
En quoi la thérapie DBT est-elle differente des thérapies comportementales "classiques" ?

Etudes
Combien de temps dure une thérapie, y'a t'il une fin ?
Essais cliniques, études sur les différentes thérapies
La psychothérapie qui modifie le cerveau !

Autres méthodes
"Analyse transactionnelle" ?
"Hypnose" ?
"Thérapie systémique / Thérapie familiale" ?
"EMDR / mouvements occulaires" ?
"Gestalt thérapie ou thérapie de la forme" ?
"PNL - Programmation neurolinguistique" ?

Divers
Espoir
Vous recherchez un thérapeute ?
(Si vous êtes plusieurs thérapeutes inscrits dans l'annuaire aapel des spécialistes et que vous faites des groupes de paroles ou ateliers thérapeutiques, merci de nous contacter)
Forum de l'aapel
Code de déontologie de l'aapel
Parler du trouble borderline à son psy
Je veux adhérer à l'association ou faire une don afin que demain vous puissiez encore être la pour aider

haut

Généralités sur les thérapies

.
Besoin d'aide, pas de reproches
"Les parents qui souffrent d'un trouble borderline ont plus que quiconque besoin du soutien de leur familles - quoique ce soit depuis le baby-sitting au soutien emotionnel.
Je n'ai pas encore parlé à une personne qui a un trouble borderline et qui m'a dit "oui" lorsque je lui ai demandé si elle s'aimait elle-même. Les Borderlines ont un amour propre très limité." ("Borderline Personality Disorder Therapy", mhsanctuary 2OO2)

AAPEL: Au risque de me répeter, les patients ont besoin qu'on les aide, que l'on comprenne que leurs comportements sont le fruit de leur détresse et qu'ils doivent avoir du soutien et non des reproches, quand bien même ceux-ci doivent être responsabilisés et prendre en main leur propre destin. Que l'on cesse de dire "cette personne détruit tout ce qu'il y a autour d'elle" mais "sa maladie a des conséquences dramatiques pour elle-même et son entourage"

haut
.
"border quoi ?" Les thérapeutes ne "veulent pas" des borderline
* "Certains thérapeutes pensent qu'il est très difficile de travailler avec ces patients. Vous lui faites face, il fait rage, a des changements d'humeur, pensée noir et blanc, etc...  En fait, je me rappelle avoir claqué la porte de mon thérapeute plusieurs fois" ("Borderline Personality Disorder Therapy", mhsanctuary 2OO2)
.
* "Beaucoup de professionnels de santé mentale trouvent laborieux et épuisant de travailler avec des patients borderline, les nouvelles études prometteuses passent souvent inapperçues auprès des cliniciens qui ne se spécialisent pas dans le trouble borderline. Ca devient un cercle vicieux: les cliniciens ne lisent pas les études qui pourraient les aider à travailler avec des patients borderline parce qu'ils croient qu'il va toujours être difficile de travailler avec des patients borderline.
Certains disent "Le trouble de personnalité Borderline n'existe pas"
Plus de trois cents études de recherches et trois mille articles cliniques fournissent l'évidence suffisante que le trouble de personnalité borderline est une maladie psychiatrique valide et diagnostiquable.
Des cliniciens peuvent clamer que le trouble borderline n'existe pas pour plusieurs raisons.
- Ils ne se sont pas  tenu à jour des recherches et sont mal informés.
- Ils peuvent croire (à tort) que le trouble borderline n'est pas un trouble à part, mais une partie d'une autre maladie telle que le trouble bipolaire (maniaco-dépression) ou le trouble de stress post-traumatique.
- Ils peuvent simplement rejeter l'idée de cataloguer n'importe qui comme "borderline" parce qu'ils pensent que c'est trop stigmatisant, ou ils peuvent trouver presque tous les diagnostics psychiatriques limitant et trompeur." ("Myths and Realities about BPD", bpdcentral)

AAPEL:  Nul doute qu'il existe un manque de formation de certains thérapeutes qui croient (tout) savoir et regardent d'un oeil plutôt méprisant une association comme nous qui "ose" sous entendre qu'un diplome ne suffit pas pour être compétent et que la remise en question doit être la règle d'or (des progrès énormes ont été faits dans le domaine de l'état limite). L'humilité doit être une des premières règles de tout bon thérapeute.

haut
.
Psychothérapie ? - Attention, le trouble borderline est aussi une maladie biologique
* "En premier lieu, il est extremement important de savoir qu'aucune forme de thérapie n'aidera une personne avec un trouble de la personnalité borderline état limite tant qu'elle n'aura pas les médicaments qui lui sont necessaires (adaptés), pour réduire la plupart de ses symptomes."
"Thérapie pharmacologique en premier ! Sinon vous perdez tout simplement et complètement votre temps. Vous devez donner de l'insuline à un diabétique avant qu'il ne puisse recevoir la moindre assistance d'une thérapie. Rappelez vous que le trouble BPD est biologique." (Paul Markovitz M.D. Ph. D,"Borderline Therapy and Other Thoughts", bpdsanctuary)
.
AAPEL: Bref, avant d'entamer une réeducation de ses jambes cassées, il est nécessaire de s'assurer que les os sont soudés. Les médicaments permettent d'accepter la thérapie. Il semblerait que les personnes qui souffrent d'un trouble borderline n'ont pas toutes besoin de médicaments mais il est important de ne pas négliger cet aspect des choses avec son médecin.
haut
.
C'est quoi une thérapie ?
Therapie : "Traitement qui aide quelqu'un à se sentir mieux"
copyright cambridge dictionary
haut
.
C'est quoi une psychothérapie ?
"Traitement d'une maladie mentale par discussion du problème qui la provoqué, plutot que d'utiliser des médicaments ou opérations"
copyright cambridge dictionary
"Dans un sens très large, la psychothérapie s'analyse comme toute méthode de traitement des troubles psychiques ou corporels faisant usage des moyens psychologiques et, de façon plus précise, de la relation du thérapeute et du malade: ainsi en va-t-il, par exemple, de l'hypnose, de la suggestion, de la rééducation psychologique, de la persuasion, etc.
En ce sens, la psychanalyse apparaît comme une forme de psychothérapie.
Mais elle est souvent opposée aux différentes formes de psychothérapie, pour diverses causes: en particulier parce que la méthode analytique privilégie la fonction majeure du conflit inconscient chez le patient, et l'analyse du transfert qui doit tendre à la résolution de celui-ci."
copyright 2OO1 Hachette Multimédia / Hachette Livre, tous droits réservés
AAPEL
Il existe plusieurs "grandes familles" de psychothérapies
- la psychanalyse (et dérivées)
- la thérapie cognitive
- la thérapie comportementale
- la TCC qui est une combinaison des deux cognitive et comportementale (les thérapeutes sont généralement les 2, cognitivistes et comportementalistes)
- la thérapie dialectique comportementale qui est un dérivé de TCC
- la TFT, thérapie concentrée sur le transfert (dérivé de psychanalyse)
... et plein d'autres

Et ca "marche" ?

Oui, une psychothérapie produit de "vrais" changements. Vous trouverez dans la section etudes des preuves de cela.
haut
.
Votre diagnostic est-il sans importance pour une thérapie ?
"Je me souviens de deux thérapeutes m'ayant dit, après leur avoir parlé de mon diagnostic de trouble Borderline, "Votre diagnostic importe peu. Je ne regroupe pas les personnes dans des categories. Je traite chaque personne de la même manière." Si vous entendez cela de la part d'un therapeute, ne vous contentez pas de marcher vers la sortie, courez! Ils ont tout simplement pas la moindre idée de comment traiter les borderline" ("Borderline Personality Disorder Therapy", mhsanctuary 2OO2)
.
AAPEL
Certaines écoles de pensées disent qu'il ne faut surtout pas dire à un malade le nom de sa maladie, alors même que le thérapeute l'aurait determinée
A vous de juger si pour parvenir à un des objectifs, c'est à dire (re)donner confiance à la personne qui souffre, il faut obligatoirement passer par le mensonge qui consiste à lui cacher son propre état.
Il est certain qu'un diagnostic établi ne doit pas conduire à ignorer d'autres troubles d'une personne.
L'on rétorquera aussi, et à raison, que la maladie mentale ne se traite pas comme se traite une grippe.
Exact. Mais à vous de voir si lorsque vous avez une grippe ou un cancer, vous désirez ou pas que votre médecin vous fournisse son diagnostic ou vous le cache et si lorsqu'il s'agit de votre propre santé mentale il en est de même.
Nous avons parfois les mêmes thérapeutes qui crieront "scandale" lorsque nous parlons du coté "enfantin" de la personne borderline et qui dans le même temps n'estimeront pas le patient suffisament adulte pour connaitre son diagnostic ?!
On prononce bien le nom de "depression" dans les cabinets, je ne vois pas pourquoi l'on ne dirait pas "trouble de la personnalité limite"
A méditer...
... Que dire donc de ce site qui a pour vocation de tout dire ? (nous contacter)
Si votre psychothérapeute n'est pas un "adepte" du diagnostic pour ne pas "catégoriser" les personnes mais si pour vous c'est important, si cela vous ferait du bien de connaitre le nom de votre maladie, alors vous avez tout à fait le droit de l'exiger en disant "je veux connaitre mon diagnostic". *
Et si par malchance, vos philosophies ne sont pas "compatibles", alors changez de thérapeute, c'est vous le patient, c'est vous qui souffrez, c'est vous le "client", c'est vous qui payez, pas lui. Votre psychothérapeute est à VOTRE disposition et non l'inverse ! (voir page déontologie des médecins)
(Voir pages utilisation du DSM)
haut
.
Comment choisir un ("bon") psycho-thérapeute pour trouble de la personnalité Borderline ?(généralité)
texte de "bpdcentral"
Choisir le bon thérapeute est crucial. Bien qu'il existe de nombreux excellents thérapeutes bien documentés sur le trouble de la personnalité Borderline Etat Limite, beaucoup ne le sont pas.
"Les Thérapeutes qui travaillent avec des patients Borderline doivent être absolument dévoués au processus de travail avec le patient et sa famille.
Ce n'est pas une thérapie de courte durée, et n'importe quel thérapeute à la recherche d'une solution à court terme pour resoudre rapidement le problème ne va pas l'accomplir avec ce type de client."
...
(parole de thérapeute) "Un des principaux soucis est l'absence de formation adéquate dans l'identification et le traitement du trouble borderline, qui a comme conséquence de mauvais résultats pour beaucoup.
La plupart de mes clients ont finis chez moi après de multiples échecs de précédents traitements, souvent parce que le thérapeute, ..., avait fait plus de mal que de bien
Une grande partie des dommages se produisent parce que les therapeutes ont de mauvaises limites, ou en raison de leurs propres problèmes ou parce qu'ils sont insuffisamment formés.
"Le 'mal' résulte quand le thérapeute identifie les violations de limite et change soudainement les règles, blâmant même le patient Borderline. Mais comme les problèmes de confiance, de rejet et de sécurité sont si important pour le patient Borderline, ce comportement de thérapeute peut être très destructeur."
...
Lorsque vous cherchez un thérapeute, posez lui beaucoup de questions. Déterminez l'attitude de la personne à l'égard du trouble borderline et sa connaissance du sujet: Nous vous conseillons fortement de les interviewer soigneusement avant de devenir un patient
("How to choose a BPD therapist ", bpdcentral)
.
AAPEL: Si vous allez voir un psychothérapeute après avoir lu ce site ou le livre d'Alain Tortosa , il est probable que vous aurez alors en tête que vous avez sans doute un trouble de la personnalité borderline (que cela soit une réalité ou pas). Ne perdez pas votre temps en tournures de phrases et demandez directement à celui-ci ce qu’il pense du trouble de la personnalité borderline. Si sa réponse ne vous satisfait pas, partez, c’est pas plus compliqué.

Hélas (ou heureusement), le thérapeute est un être humain qui n'échappe pas à la règle. Il existe des bons garagistes et des mauvais garagistes. L'erreur de diagnostic ou de traitement dans le cadre d'une angine n'est généralement pas lourde de conséquence, mais dans le cas d'une thérapie, on ne peut pas en dire autant.
Si vous êtes suivi(e) depuis des mois, voire des années, vous devez "reellement" faire le point pour savoir si votre thérapie vous fait du bien, si vous allez mieux, ou si elle n'est la que pour vous faire supporter l'insupportable (ce qui n’est pas rien d’ailleurs) et renoncer à vos rêves et vos espoirs.
Il y a un moyen simple de se faire une idée, faites le petit test en 13 points, regardez combien vous avez de points aujourd'hui et plongez vous au début de votre thérapie pour voir combien vous en aviez alors à l'époque.
Nous avons des personnes qui nous contactent et nous disent être en thérapie depuis plus de 10 ans, voire plus de 20 ans et qui en sont encore à 13 points au test ! Réveillez-vous bon-sang ! On peut sortir du trouble borderline à condition de s'attaquer réellement à celui-ci. Des méthodes psychothérapeutiques ont été validées et évaluées, d'autres pas !

haut

Types de thérapies

.
C'est quoi les thérapies psychodynamiques / psychanalyse ?
"Toutes théories de la personnalité humaine, qui essayent d'examiner l'inconscient d'une personne pour découvrir les causes cachées de leurs problèmes mentaux"

copyright cambridge dictionary
"Nom donné par Freud à une technique d'investigation psychologique destinée à rendre compte de l'inconscient et de ses effets, fondée sur la libre association des idées du sujet.
2. Pratique thérapeutique fondée sur cette investigation.
3. Théorie ou ensemble de théories rendant compte du fonctionnement normal ou pathologique de la vie psychique et reposant sur l'interprétation des données de la cure psychanalytique"
encyclopedie hachette
"La psychothérapie analytique est la pour nous aider à en savoir plus sur nous-même, exact ?
La thérapie psychodynamique se concentre à la fois sur l'augmentation de la compréhension de soi-même aussi bien sur le plan intellectuel que sur le plan emotionnel.  La comprehension intellectuelle de soi n'est pas généralement considérée suffisante, bien qu'elle satisfasse et soit une base pour un connaissance continue."
Daniel C Claiborn Ph D

AAPEL: Voir page sur les troubles de la personnalité, psychanalyse
Attention à ne pas confondre la psychanalyse avec les psychothérapies analytiques brèves ! ("brève au regard de la psychanalyse qui n'a pas de durée et peut durer des années")
Dans une psychanalyse, le thérapeute se veut "absent" avec un minimum d'interventions ciblées, la part visible de son action est quasi-inexistante.
Dans une psychothérapie d'inspiration analytique brève, généralement en face à face, le thérapeute est actif, il établit une relation de confiance et empathique avec le patient. Il aide par exemple le patient à se centrer sur un problème pratique. Il aide le patient à clarifier ses problèmes. Il aide le patient à prendre conscience de ses comportements inadaptés et du fait qu'il n'en a pas (plus) "besoin".
On peut ainsi affirmer qu'une psychanalyse et une psychothérapie psychanalytique n'ont rien à voir ! (voir plus bas la TFP qui est une forme de psychothérapie psychanalytique en face à face)

haut
.
La psychanalyse traditionnelle est-elle adaptée au traitement des personnes ayant un trouble borderline état limite ?
"Par elle-même, la thérapie psychodynamique n'est pas suffisante pour les personnes avec un trouble borderline état limite, qui ont besoin de techniques plus spécifiques et de pratiques guidées pour reduire leur anxiété et établir des comportements et perceptions plus saines.
La simple connaissance de soi-même n'est pas suffisante pour le traitement du trouble borderline et autres troubles de la personnalité" (Daniel C Claiborn Ph D)
.
"Dans le cas du trouble borderline, l'implication du psychothérapeute comme personne et non la neutralité traditionnelle évoquant le rapport médecin/malade ou le rapport normal/pathologique est indispensable
Le "psy" ne devra pas être neutre mais se mettre dans un rapport d'égal à égal (et non de médecin à malade) pour offrir à son ou sa patient(e) un cadre réel dans lequel il ou elle peut travailler concrètement ses schémas relationnels." (catherine hervais thérapeute)

"Les états limites constituent traditionnellement des contre indications formelles à la psychanalyse" (Dr Didier Bourgeois 2OO4 - "Comprendre et soigner les états limites")

"La position contemporaine des psychanalystes américains est de considérer que la psychothérapie psychanalytique est de grande valeur pour les troubles sévères de la personnalité qui sont des contre-indications pour la psychanalyse au sens strict, ou pour des troubles légers qui peuvent bénéficier d'une psychothérapie d'inspiration analytique sans nécessiter une longue psychanalyse." (Otto Kernberg - JOURNAL OF EUROPEAN PSYCHOANALYSIS - Spring-Fall 1997)

AAPEL:
Bref, les études tendraient à prouver qu'une psychanalyse ne permet pas de couvrir la globalité des problèmes d'un patient borderline qui a aussi besoin d'une (ré)éducation pour (ré)apprendre des comportements sains. Cela sans compter que cette maladie est aussi biologique
Nous voyons donc plus la psychanalyse comme une continuité ou complémentarité d'une thérapie qui en premier lieu aura concrêtement soulagé la souffrance des personnes notamment en diminuant leurs pulsions auto-destructrices.

haut

.
La connaissance de soi c'est bien mais gare au suicide !
"Cela ne vous aidera pas d'essayer "d'arriver à comprendre quel événement de votre vie" a provoqué cette maladie.
Cela n'aide pas de blâmer des parents ou un environnement.
Je ne crois pas que c'est de la où provient le trouble borderline. A mon avis c'est un gaspillage d'énergie dans le traitement des personnes borderlines.
Nous ne pouvons pas gérer le stress de la même facon que la plupart des personnes. Nous ne sommes pas faibles, nous avons des cerveaux qui ont mal fonctionnés et qui nous ont trahis. Très souvent nos cerveaux "s'embrasent hors controle" et nous nous sentons dysphoriques (anxiété, dépression, désespoir, fureur) et notre vie est douloureuse, si douloureuse qu'il est difficile de l'exprimer avec des mots.
Quand nous commençons à comprendre la composante médicale de ce trouble, nous pouvons commencer à nous pardonner nous-mêmes de nos comportements, nos erreurs et de nos prises de décision passées
Chaque fois que votre thérapie vous conduit "à la limite, vous sentant suicidaire" il est l'heure DE S'ARRÊTER!  Le taux de suicide pour les borderlines est de 10% et celui ci monte jusqu'à 25% si la personne a également un diagnostic de trouble de panique.
Oui, nous avons besoin de thérapie, mais nous devons vivre par elle.  Nous avons désespérément besoin du bon genre de thérapie et les therapeutes ont terriblement besoin d'être formés sur cette maladie." ("Borderline Personality Disorder Therapy", mhsanctuary 2OO2)
.
AAPEL: La connaissance de soi-même n'est pas un problème, surtout lorsque "l'on va bien". Une personne borderline subit ses émotions et ressent les choses "plus". Il faut donc d'autant plus marcher sur des oeufs. Une vérité amenée trop tôt et chez une personne qui n'a pas les armes pour se défendre peut se révéler "dangereuse" pour elle-même. Donc "prudence". Il semble raisonnable d'accompagner la prise de conscience de problèmes "d'outils" pour leur résolution. L'apprentissage et la compréhension des raisonnements semble indispensable et c'est en ce sens qu'une psychanalyse "pure et dure" peut se révéler dangereuse pour ce type de patients.

haut
.
La thérapie Cognitive, qu'est-ce que c'est ?
C'est une forme de traitement visant à modifier les modèles de pensée habituels d'une personne lorsque ses pensées nuisent à cette personne.
copyright cambridge dictionary
AAPEL: Les personnes qui souffrent de troubles borderlines ont des schémas de pensés généralement perturbés par leurs émotions. Il est donc important d'aider le patient à "corriger" ses schémas qui sont généralement des automatismes non conscients et inadaptés.

haut

.
La thérapie comportementale qu'est-ce que c'est ?
En psychologie, la thérapie comportementale est le nom général pour une forme de traitement qui essaye de changer les comportements non désirés de quelqu'un plutot qu'en traiter les causes.
copyright cambridge dictionary
AAPEL: Par exemple si vous avez peur de monter sur une montagne, petit à petit le thérapeute vous rapprochera de la montagne, cela pouvant par exemple débuter par des photos de montagne.
haut
.
Quelles sont les différences entre une thérapie comportementale et une thérapie cognitive ?
"Les thérapies comportementales et cognitives sont toutes les deux basées sur des principes d'apprentissage, conditionnement, établissement et maintien d'habitudes.  Les thérapies cognitives se concentrent sur le reapprentissage des pensées, des perceptions et de l'étiquetage des expériences, tandis que les thérapies comportementales se concentrent sur la modification des comportements volontaires et involontaires (comme la fréquence de tension artérielle, la température de la peau, rythme cardiaque)"
Daniel C Claiborn Ph D

AAPEL: A noter qu'il n'existe pas ou peu de thérapeutes qui ne seraient que cognitivistes ou que comportementalistes. Ce que l'on appelle les TCC sont les thérapies comportementales et cognitives

haut
.
Les TCC,  thérapies comportementales et cognitives sont-elle adaptées au traitement de la personnalité borderline ?
"Les thérapies Cognitive et Comportementales sont très utiles avec le trouble borderline, mais elles aussi ne sont pas suffisantes. Une combinaison de thérapies psychoanalytiques, cognitives et comportementales, comme la DBT, est le mieux." (Daniel C Claiborn Ph D)
.
AAPEL: "les comportements ne sont que le visible de la personne, la connaissance de soi-même induira la résolution automatique des problèmes" (vision réductrice de la psychanalyse dans laquelle le patient "s'autosoigne"). "les causes ont induits des comportements ancrés, en modifiant les comportements, les modes de pensée suivront" (vision réductrice du comportementalisme dans lequel le patient va mieux en apprenant à agir normalement).
(A noter qu’il ne faut pas négliger le mot « cognitivisme » qui cherche modifier des schémas de pensés généralement perturbés par les émotions)
Il se trouve que selon nous le patient a besoin des deux, apprendre les raisonnements et comportements qui l'aident à vivre et "mieux" penser, mais aussi à se connaitre lui-même, apprendre qui il est mais aussi d'où il vient, afin d'être un tout. En tous les cas cela nous semble "naivement" et "pratiquement" logique de dire que l’on ne peut pas construire un édifice solide sur des sables mouvants
Les TCC ont été évaluées et validées dans le traitement du trouble de la personnalité borderline
haut
.
"Therapie pour borderline ?" DBT ou TCD (Therapie Comportementale Dialectique )
* "Je vous encourage si possible à pratiquer cette forme de thérapie crée par Marsha Linehan, de l'Université de Seattle à Washington. Cette thérapie est spécialement adaptée pour les borderlines.
La DBT a assistée beaucoup de personnes qui ont le trouble de la personnalité borderline état limite" ("Borderline Personality Disorder Therapy", mhsanctuary 2OO2)

"Certaines preuves suggèrent que la thérapie comportementale dialectique est efficace dans le traitement du trouble de la personnalité borderline.
Bien que d'autres psychothérapies peuvent être utiles pour le traitement du trouble de la personnalité limite, elles n'ont pas été évaluées scientifiquement de la même manière que le traitement énuméré ici." ("Borderline Personality Disorder", American Psychological Association (Américaine de psychologie) 2OO3)

"L'approche psychothérapeutique la plus efficace et avec le plus grand taux de réussite à ce jour est la  thérapie comportementale dialectique de Marsha Linehan. Les recherches conduites sur ce traitement ont montré qu'il était plus efficace que la plupart des autres approches psychothérapeutiques et médicales pour aider une personne à mieux faire face à ce trouble. Elle cherche à enseigner aux patients comment apprendre à avoir un meilleur contrôle de leur vie, de leurs émotions, et d'eux-mêmes par la connaissance de soi, la régulation des émotions, et la restructuration cognitive. C'est une approche complète qui est le plus souvent conduite en groupe...
Comme tous les troubles de personnalité, le trouble de personnalité limite est intrinsèquement difficile à traiter. Les troubles de personnalité, par définition, sont des comportements de longue date utilisés pour faire face au monde, relations sociales et personnelles, gestion du stress et des émotions, etc. qui souvent ne fonctionnent pas, particulièrement quand une personne est sous stress accru ou avec des exigeances de performances dans leurs vies. Le traitement est, par conséquent, quelque chose qui devra être prolongé dans la durée, durant typiquement au moins une année pour la plupart." ( John M. Grohol, "Borderline Personality Disorder TREATMENT", psychcentral.com)

"Chaque approche de traitement offre quelque chose d'utile aux patients Borderline, et le programme de traitement offert doit parfaitement coller aux modèles de symptomes de chaque patient en particulier et son degré de troubles. La DBT combine plusieurs stratégies, ainsi elle "colle" à une plus large gamme de patients."

Daniel C Claiborn Ph D (dec02)

"Actuellement l'association d'un traitement psychopharmacologique régulateur de l'humeur et de l'impulsivité à la psychothérapie cognitive et comportementale constitue la meilleure approche thérapeutique. Cette association a fait ses preuves, notamment aux USA. La psychothérapie dialectique et comportementale de Marsha Linehan est une variante de psychothérapie cognitive et comportementale centrée sur le contrôle des émotions, le développement de compétences sociales et l'augmentation du sens de l'identité de soi. C'est une excellente méthode mais, à ma connaissance, il n'existe pas encore d'équipes hospitalières qui la pratique en France, contrairement à la Suisse francophone. Je pense que c'est aussi le rôle des associations d'exercer des pressions sur les pouvoirs publics et sur les professionnels de la santé mentale afin qu'ils mettent à jour leurs connaissances, forment des thérapeutes compétents et mettent en place des structures de  soins spécialisées." (Daniel Nollet Dr, « borderline et thérapie », paris 2OO3)

AAPEL:
La TCD / DBT est un dérivé de TCC !
Résumé sur la thérapie comportementale dialectique et son efficacité
Texte expliquant la DBT / TCD écrit par Marsha Linehan
Témoignage de lucie sur sa thérapie DBT
Ce qui nous "plait" dans la DBT, c'est qu'elle semble faire une synthèse de thérapie cognitive, comportementaliste, psychanalytique, et même du zen (pour le zen, c'est chacun son "truc"). Bien sur nous savons qu'il ne suffit pas de mélanger des ingrédients pour obtenir un bon plat et que certaines recettes sont "délicates"
Cette thérapie est à ce point « humaine » que son auteur  a eu la gentillesse de répondre à nos courriers et nous encourager dans le combat que mène l’Aapel
Autre point, c'est à notre connaissance un des seule thérapies qui a subit l'épreuve des études en aveugle sur des populations tirées au sort. Nous aimerions bien disposer de ce type d'études sur d'autres méthodes thérapeutiques. C'est un peu comme les antidepresseurs, il existe de nombreuses molécules qui "fonctionnent". Notre désir le plus grand est qu'il existe aussi de nombreuses thérapies qui "fonctionnent". Cela afin que le patient puisse choisir celle qui lui correspond le mieux

Attention: Il se trouve que de nombreux psychothérapeutes pratiquent leur propre thérapie, une espèce de cuisine qui de fait ressemble beaucoup à la DBT. Une thérapie qui s'interesse au passé (les "causes"), au présent (les "conséquences") et au futur (les "corrections")

haut
.
"Autres Thérapie pour borderlines" TFT (Thérapie Concentrée sur le transfert) ainsi que la "thérapie Masterson" AAPEL:
Nous n'avons à l'heure actuelle peu d'informations à propos des résultats de la thérapie TFT ou Masterson
Ce qui nous gêne, c'est l'introduction: "Quand fait-on une TFT ?" Réponse: "quand l'autre a raté". De l'extérieur, cela a quand même un coté "bizarre". Mais une fois encore, notre unique désir est que "ça marche"
Les thérapies TFT et Masterson ne sont pas des thérapies psycho-analytiques "classiques" .
Par exemple, Masterson parle de "confrontation" alors que dans l'approche psychanalytique "classique" le thérapeute se veut "absent" au maximum.
Il devient de fait impossible d'affirmer "une psychanalyse ça marche parce que l'approche masterson ou l'approche TFP fonctionnent", non, ce ne sont pas la même chose !
haut

Thérapies évaluées et validées

.
Les méthodes psychothérapeutiques évaluées et validées pour le traitement du trouble de la personnalité borderline
A ce jour et à notre connaissance et au moment où nous écrivons ces lignes, seules les méthodes suivantes ont été évaluées et validées Grade A ou B:
(A=efficacité prouvée, B=présomption d'efficacité)
Nos données sont issues de l'association américaine de psychiatrie APA, UK Department of Health et l'expertise INSERM sur les psychothérapies "Psychothérapie, trois approches évaluées" INSERM 2OO4

Cela ne veut pas dire que d'autres méthodes ne fonctionnent pas mais ce n'est que conjectures et présomptions. Ce qui est fort dommage car ces méthodes mériteraient une évaluation
L'AAPEL entend être un partenaire actif dans l'évaluation et la validation de méthodes psychothérapeutiques à même de soulager efficacement les personnes souffrant de troubles de la personnalité borderline
(autres méthodes)
haut

En savoir plus sur la DBT

.
C'est quoi la "philosophie" des thérapies comportementales comme la DBT ?
"Si nous agissons ainsi, c'est parce que nous avons appris à agir comme cela"
"Nos pensées déterminent nos actes", mais à l'opposé, "nos actes déterminent nos pensées ?"
"Si j'agis de façon adéquate, je pense de façon adéquate"
"Si nous avons été en mesure d'apprendre quelque chose "mal", nous somme en mesure de réapprendre "bien" ?"
"Alors que de meilleures pensées nous conduisent à de meilleures actions et ainsi à nous sentir mieux, il est vrai que de meilleures actions peuvent conduirent à de meilleurs sentiments et pensées.  Un entrainement actif et des encouragements sont nécessaires pour aider les personnes BPD à initier et maintenir des modes d'actions plus sains." (Daniel C Claiborn Ph D)
AAPEL:
Il semblerait que notre cerveau n'aime pas la contradiction. "je pense que je veux une pomme, je mange une pomme et mon cerveau est content". Il y a alors correspondance entre "pensée" et "acte". Si je me mets à agir d'une façon non naturelle, c'est à dire contraire à mes pensées, mon cerveau "n'aime pas ça", il n'aime pas le conflit. Si je n'ai pas la possibilité de changer mes actions, alors petit à petit mon cerveau fera évoluer ma pensée pour mettre fin à ce conflit.
De toute évidence, "ça marche", le conditionnement permet de faire d'un agneau un tueur sanguinaire.
Dans le cas de la thérapie, il ne s'agit pas de prendre une personne "saine" et de lui faire faire des actes "malsains" pour qu'elle ait des pensées "malsaines" mais de prendre une personne qui souffre avec des actions "malsaines" (pour elle) (ex automutiliation) pour la ramener à des pensées plus harmonieuses et moins doulourouses.

haut

.
C'est quoi la thérapie DBT ? (réponse de psy, bref qu'on comprend pas)
"La DBT est une combinaison de thérapie psychoanalytique, cognitive et comportementale.
Dans une thérapie DBT, le thérapeute est actif à l'inverse des psychanalyses
J'expliquerais que la DBT est un assortiment d'exercices, de méthodes, et de principes scientifiques présentés d'une manière structurée et progressive afin de changer la manière dont nous pensons et agissons afin d'être moins anxieux et auto-destructeurs.  Elle implique l'apprentissage et la pratique de stratégies de pensée et d'actions afin que cela devienne naturel alors que nos anciennes habitudes nous mettent mal à l'aise" (Daniel C Claiborn Ph D)

AAPEL:
Vous avez compris ? Et bien bravo car moi, pas, je repose la question

haut
.
C'est quoi la thérapie DBT ? (deuxième essai)
("Je pouvais penser que cela était de la magie, mais maintenant avec cette réponse précédente, cela me fait penser à un rituel")
Oui, c'etait une réponse de thérapeute, vous avez plutot raison.
Je pense qu'il est difficile de décrire des techniques thérapeutiques en des termes non techniques et non thérapeutiques.
J'utilise des mots comme pratiquer et apprendre de nouveaux comportements, développer des attitudes différentes, stopper les pensées négatives, d'être moins sur la défensive, comprendre ses colères, et ainsi de suite.
Je dis parfois à mes patients borderlines qu'ils ont des problèmes pour "grandir", "se calmer", "faire confiance aux autres", et éviter le "detour vers shitland."
Grandir                       --              Responsabilité de soi-même, ses choix extérieurs.
Se calmer                   --              Paix, calme sang froid.
Faire confiance aux autres  --        Intimité, capacité à fusionner et avoir plaisir à faire parti de quelque chose de plus grand que soi-même.
Eviter les détours         --              Self-control, responsibilité de ses choix intimes.
Le "detour vers shitland" signifie suivre de façon instinctive et répétée un train de pensées mentales destructives qui résulte en une mauvaise estime de soi.  Les personnes semblent comprendre ce que signifie le "détour vers shitland", et elles peuvent apprendre à l'éviter, puisqu'elles apprécient graduellement que cela ne leur fait aucun bien, ne les protège pas, ne leur offre pas de nouvelles informations -- et elles apprennent que de ne pas aller vers ce détour les aide et ne les blessent pas.
Daniel C Claiborn Ph D
haut
.
Pratiquer une thérapie comportementale DBT c'est comme aller à l'école ?
- Le professeur (therapeute) enseigne la théorie (comportement)
- L'elève (le patient) doit alors comprendre la lecon, faire des exercices à l'école (cabinet) et de retour à la maison, avoir ses devoirs à faire ?
Oui, la therapie est comme aller à l'école, et le thérapeute est comme un professeur (mentor, ami, supporter, guide, entraineur, modèle).  Et, le patient a des exercices à faire à la maison.
Daniel C Claiborn Ph D
haut
.
Fréquence et durée des séances de thérapie DBT
La thérapie DBT consiste habituellement en deux heures d'apprentissage par semaine pour les patients en groupe, et une heure en thérapie individuelle avec le patient. Cela prend environ un an pour faire le tour de toutes les techniques qui sont enseignées dans un groupe d'apprentissage aux techniques DBT.
www.behavioraltech.com
Témoignage de lucie sur sa thérapie DBT

haut

.
Qu'est-ce qu'une "lecon" DBT ?
Je sais comment cela se passe à l'école, comment un professeur enseigne l'histoire, mais je ne sais pas par exemple comment enseigner le "calme" et ne pas "enrager" à une personne qui est prompte à sur-réagir (cela sans me servir de médicaments)
Dans les séances de thérapie, le patient est excité et le therapeute le coache (lui donne des leçons particulières) (avec des techniques de respiration, des techniques mentales, concentration de l'attention) pour le calmer
Daniel C Claiborn Ph D
haut
.
En quoi la thérapie DBT est-elle differente des thérapies comportementales "classiques" ?
Les lecons et les exercices sont spécialement adaptées au trouble borderline ?
Oui, les lecons, taches, et exercises dans la DBT ont été spécialement crées et adaptées au traitement de la personne borderline.
Daniel C Claiborn Ph D
haut

Etudes

.
Combien de temps dure une thérapie, y'a t'il une fin ?
"Oui il y a une fin. Cela prend environ une année pour faire le tour de toutes les connaissances qui sont enseignées dans un groupe de thérapie DBT" ("Dbt Therapy",www.behavioraltech.com, 2OO3)
.
"Le trouble borderline peut être efficacement traité en utilisant la psychothérapie, la modification de comportements, et la médication nécessaire.  Souvent le traitement prend 3 à 5 ou 7 ans" (Daniel C Claiborn Ph D)

AAPEL:
Le premier danger serait de généraliser ces réponses. La durée d'une thérapie dépend d'énormément de facteurs.  On peut y inclure, la gravité de votre situation, la qualité du thérapeute, votre capacité à suivre une thérapie, la fréquence à laquelle vous voyez votre thérapeute, des évenements marquant intervenant dans votre vie, mais aussi ce que vous en attendez, etc...
Mais il y a quand même des "repères".
Si vous avez un trouble borderline "ancré" et si un thérapeute vous dit "en quelques semaines je vous remet sur pied" (par exemple moins de 3 mois). Il y a alors 2 solutions, c'est un géni (que nous aimerions avoir dans notre annuaire) ou un escroc.
.
De même si vous dites "ma thérapie me fait du bien" et qu'à la question "depuis combien de temps êtes-vous en thérapie" vous nous dites "15 ans". Alors soit vous voyez votre thérapeute pour des raisons de confort et de plaisir, comme l'on va faire des séances UV, soit, là aussi, nous avons à faire à un escroc, en tous les cas un "incompétent" qui aurait du vous dire depuis longtemps "je ne suis pas à même de vous aider allez consulter un confrère"
.
Nous pensons qu'en 6 mois / 1 an des progrès significatifs doivent être apparus, et qu'il faut bien sur continuer le temps nécéssaire.
Mais par contre, si après quelques mois, vous avez le sentiment de "stagner" ou même de vous "enfoncer", vous avez intérêt à en parler dans un premier temps à votre thérapeute, et si rien n'évolue, changer de thérapeute.
Notre deuxième conseil est de mettre en place des "outils" de mesure les plus objectifs possibles.
Vous pouvez par exemple tous les mois, faire le test en 13 points, re-remplir le questionnaire borderline sans relire le précédent, noter sur un carnet votre état d'esprit, noter ce qui vous a marqué dans le mois précédent (les hauts et les bas), demander à une personne de votre entourage comment elle vous trouve, etc...
Ainsi vous aurez l'historique de votre état d'esprit et de votre évolution.
Franchement, si après 10 ans de thérapie, vous en êtes par exemple encore à 13 points sur 13, alors il y a "problème" !

haut
.
Essais cliniques, études sur les différentes thérapies

* Perry JC, Banon E, Ianni F. -Institute of Community and Family Psychiatry, McGill University, Canada.
1999 Am J Psychiatry - Efficacité des psychothérapie pour les troubles de la personnalité.

L'efficacité des psychothérapies pour les troubles de la personnalité dans études sur les résultats de psychothérapie
Quinze études.
Résultats: Toutes les études ont indiqué une amélioration des troubles de la personnalité avec la psychothérapie.
Cela incluait Thérapie psychodynamique/analytique/interpersonnelle, cognitive comportementale, combinaison, et thérapies de soutien.
Un modèle issu de la collecte des documents basé sur ces résultats a estimé que 25,8% des patients souffrant de trouble de la personnalité se rétablissaient par année de thérapie, un taux sept fois plus important que celui publié d'un modèle se basant sur l'évolution naturelle d'un trouble de la personnalité borderline (3,7% se rétablissant par ans, avec un rétablissement de 50% de patients nécessitant de 10,5 années d'évolution naturelle).
CONCLUSIONS:  La psychothérapie est un traitement efficace pour les troubles de la personnalité
* Meares R, Stevenson J, Comerford A. - Department of Psychological Medicine, University of Sydney, Westmead Hospital, Australia
1999 Aust N Z J Psychiatry - Psychotherapie chez les patients borderline: Comparaison entre patients traités et non traités.
Compare les résultats cliniques de patients avec trouble de la personnalité limite (borderline) qui avaient suivi une psychothérapie (non hospitalisée) pendant 1 année avec des patients borderline qui n'ont suivi aucune psychothérapie formelle pour la même période.
CONCLUSIONS:  Les patients qui suivaient une psychothérapie étaient considérablement améliorés.  30% des patients traités ne répondaient plus aux critères du Dsm-III pour le trouble borderline.  Les patients non traités étaient inchangés.
* Paris J. - Institut de psychiatrie communautaire et familiale de l'Hopital General Juif-Sir Mortimer B. Davis.- Canada
1997 Sante Ment Que - Succes et echecs dans le traitement de patients avec une trouble de la personnalité borderline
La psychothérapie psychodynamique(analytique) ne s'est pas avéré efficace, mais la thérapie comportementale dialectique (DBT) a fourni une amélioration symptomatique.
* Verheul R, Van Den Bosch LM, Koeter MW, De Ridder MA, ... - DeViersprong Center of Psychotherapy, U of Amsterdam, The Netherlands
2OO3 - Br J Psychiatry - Thérapie dialectiquel comportementale (DBT) pour des femmes avec trouble borderline: Essai clinique aléatoire de 12 mois
58 femmes avec un trouble borderline ont été aléatoirement affectées pendant 12 mois soit à une DBT, soit au traitement habituel dans une étude controlée aléatoire.
CONCLUSIONS:  La thérapie dialectique comportementale est supérieure au traitement habituel en réduisant des comportements à haut risque chez les patients présentant un trouble borderline
* Alper G, Peterson SJ - Anoka Metro Regional Treatment Center, Anoka, MN,  USA.
2OO1 J Psychosoc Nurs Ment Health Serv - Thérapie comportementale dialectique pour patients avec trouble de la personnalité borderline.
15 femmes hospitalisées dans une unité DBT ont été suivies pendant 4 semaines.
Les comportements auto-destructeurs ont diminués de 50%
Des entrevues Semi-structurés ont été conduites pour déterminer les perceptions de soins et d'efficacité de la DBT. Leurs réponses étaient uniformément positives.  L'expression la plus généralement employée était "ca marche"
* Hampton MC. - University of California, San Francisco, USA.
1997 Arch Psychiatr Nurs - Thérapie comportementale dialectique dans le traitement de personnes avec trouble borderline.
Les patients borderline fortement suicidaires sont difficiles à traiterau sein de l'hôpital et de la communauté.
La psychothérapie a montré un succès modéré pour certains borderlines.
Une forme de thérapie cognitivo-comportementale appelée la thérapie dialectique comportementale a montré un taux élevé d'efficacité en réduisant le nombre de jours d'hôpitalisation, la fréquence des tentatives de suicide, et de sortie prématurée de la thérapie.
* Cedar R. Koons, Clive J. Robins, J. Lindsey Tweed,,... - Duke University Durham VA Medical Center
2OO1 Behavior therapy Journal 32 - Efficacité de la Thérapie Comportementale Dialectique chez des Femmes Veterans avec trouble de la personnalité borderline
20 femmes veterans qui répondaient aux critères du trouble borderline ont étés aléatoirement affectées à une thérapie comportementale dialectique ou au traitement habituel (TAU) pendant 6 mois. Comparés aux patients en TAU, les patients en DBT on reportés une baisse considérable dans les idéations suicidaires, désespoir, depression, et colère. De plus, suels les patients en DBT ont démontré une baisse significative dans les actes de tentatives de suicide, et colère expérimentée.
Les patients dans les deux protocoles ont reportés un baisse considérable des symptomes depressifs and dans un nombre de critères comportementaux du trouble borderline mais pas d'abaissement de l'angoisse. Les résultats de cette étude préliminaire suggèrent que la DBT peut être efficacement indiquée independamment du fournisseur du traitement, et que de plus grandes études sur l'efficacité sont justifiées.
* Linehan MM, Schmidt ... - Department of Psychology, University of Washington, Seattle USA
1999 Am J Addict - Thérapie Dialectique comportementale pour patients avec trouble de la personnalité borderline et  dépendance à la drogue.
Les sujets ont été aléatoirement assignés à la DBT ou à la TAU (traitement habituel) pendant une année de traitement.  Conclusions:  Les sujets assigné à la DBT ont eu des réductions considérablement plus importantes dans l'abus de drogue que  les sujets assignés à la TAU. La DBT a également maintenue les sujets dans le traitement mieux que la TAU, et les sujets assignés à la DBT ont eu des gains considérablement plus grands dans l'adaptation globale et sociale au suivi que ceux assignés à la TAU
* Palmer RL, Birchall H, Damani S, Gatward,... Department of Psychiatry, Leicester Warwick Medical School, Leicester, United Kingdom
2OO3 Int J Eat Disord - Programme Thérapie Dialectique comportementale pour personnes avec trouble alimentaire et trouble borderline
Programme de thérapie dialectique comportementale complet (DBT) pour personnes avec trouble de l'alimentation comorbide avec trouble borderline.
Le programme incluait a nouveau module de formation écrit spécialement pour les patients avec trouble alimentaire.
Le programme avait une durée de 18 mois. Les jours d'hospitalisation et les actes majeurs pour se faire du mal (automutilation) étaient comptabilisés durant les 18 mois précédent et suivant la DBT.
RESULTATS: Il n'y au eu aucune sortie prématurée du programme. Les patients ont semblé bénéficier.  La plupart des patients n'avaient plus de trouble alimentaire ni ne se faisaient du mal à l'issue.
* Linehan MM, Armstrong HE, Suarez A, Allmon D, Heard HL. - Department of Psychology, University of Washington, Seattle USA
1991 Arch Gen Psychiatry - Traitement cognitivo-comportemental (DBT) des patients borderline parasuicides chroniques
22 sujets qui été assignés à la DBT et 22 sujets controle
DBT sujets: Maintient en thérapie avec le même thérapeute au dela d'un (1) an: 83.3%, taux de sortie prématurée 16.7%
Sujets controle TAU (traitement habituel): Maintient en thérapie avec le même thérapeute au dela d'un (1) an: 50%, taux de sortie prématurée 50%
* Ralph M. Turner, University of the Sciences
2OOO Behavior therapy Journal 32 - Comparaison de l'efficacité d'une thérapie dialectique comportementale–orientée sur le traitement (DBT) avec une thérapie centrée sur le client (CCT) pour les patients avec un truble borderline (BPD).
24 patients diagnostiqués Borderline étaient aléatoirement assignés à une thérapie DBR ou CCT.
Avec mesures de tentatives de suicide, épisode d'autoblessure (automutilation), jours d'hospitalisation en psychiatrie.
Les résultats ont montrés que le groupe sous DBT s'améliorait plus que le groupe en CCT sur la plupart des mesures.
* Clarkin JF, Foelsch PA, Levy KN, Hull JW, Delaney JC, Kernberg OF. - Personality Disorders Institute, Weill Medical College of Cornell University, White Plains, NY, USA
2OO1 J Personal Disord
Cette étude examine l'efficacité d'un traitement psychodynamique modifié appelé Psychothérapie Concentrée sur le Transfert (TFP) prévue spécifiquement pour les patients avec un trouble de la personnalité borderline (BPD).
Comparé à l'année précédent le traitement, le nombre de patients qui ont faits des tentatives de suicide a baissé de façon considérable, aussi bien que les risques médicaux et gravité conséquence des comportements d'auto mutilation.
Comparé à l'année précédente, les patients durant l'année de traitement ont sensiblement moins d'hospitalisations aussi bien que de nombre de jours d'hospitalisation. Le taux de sortie prématurée était de 19.1%.
La psychothérapie qui modifie le cerveau !

* Paquette V, Levesque J, Mensour B,... - Institut Universitaire de Geriatrie de Montreal, Quebec, Canada
2OO3 Neuroimage. - "Modifier l'esprit et vous modifier le cerveau": effets d'une thérapie comportementale et cognitive sur les neurones dans la phobie des araignés.

Des questions concernant les effets neurobiologiques de la psychothérapie sont maintenant considérées parmi les plus d'actualité en psychiatrie.  En ce qui concerne cette problématique, les résultats de tomographie (coupes en série) d'émission de positron (PET) indiquent que les modifications cognitives et comportementales, se produisant dans un contexte psychothérapeutique, peuvent mener aux changements métaboliques de régions du cerveau des patients présentant une dépression majeure ou un trouble obsessionel-compulsif.
Ces résultats suggèrent qu'une approche psychothérapeutique, telle que la CBT, a le potentiel pour modifier les circuits neuraux dysfonctionnels liés aux troubles d'angoisse. Ils indiquent de plus que les changements faits au niveau de l'esprit, dans un contexte psychothérapeutique, sont en mesure de "reconnecter" fonctionellement le cerveau.
* Brody AL, Saxena S, Stoessel P, Gillies LA, Fairbanks LA,... - Department of Psychiatry and Biobehavioral Sciences, University of California-Los Angeles
2OO1 Arch Gen Psychiatry. - Modification régionales métaboliques dans le cerveau chez des patients souffrant de dépression majeure et traités par soit paroxetine, soit thérapie interpersonnelle
Dans des études fonctionnelles d'imagerie du cerveau de dépression majeure (MDD), des anomalies régionales ont été trouvées le plus souvent dans le cortex prefrontal, le gyrus cingulaire antérieur , et le lobe temporal...  Nous avons également effectué une comparaison préliminaire des changements régionaux avec 2 formes distinctes de traitement (paroxetine et psychothérapie interpersonnelle)...  Entre les scanners, des sujets avec MDD ont été traités avec paroxetine ou psychothérapie interpersonnelle (basée sur la préférence du patient), alors que les sujets témoins ne subissaient aucun traitement.
RÉSULTATS:  Au départ, les sujets avec MDD avaient un plus fort métabolisme que les sujets témoins dans le cortex prefrontal (et noyau caudé et thalamus), et un plus faible métabolisme dans le lobe temporal.  Sous traitement, les sujets avec MDD ont eu des changements métaboliques en direction d'une normalisation dans ces régions. Après traitement, les sujets traités par paroxetine ont eu une plus grande diminution moyenne sur l'échelle d'évaluation de dépression de Hamilton (61,4%) que les sujets traités avec la psychothérapie interpersonnelle (38,0%), mais les deux sous-groupes ont montré des diminutions du cortex prefrontal et du métabolisme antérieur gauche du gyrus cingulaire, et des augmentations de métabolisme du lobe temporal gauche. CONCLUSIONS:  Les changements métaboliques régionaux semblent similaires avec les 2 formes de traitement
* Martin SD, Martin E, Rai SS, Richardson MA, Royall R. - Affinity Research Unit, Cherry Knowle Hospital, Ryhope, Sunderland, UK.
2OO1 Arch Gen Psychiatry. - Modification du débit sanguin cérébral chez des patients traités par psychothérapie interpersonnelle ou venlafaxine hydrochloride: résultats préliminaires.
Les études d'imagerie fonctionnelle du cerveau dans la dépression majeure ont suggéré des anomalies de certaines zones, y compris le cortex frontal, le gyrus cingulaire, le noyau de base (ganglia) et le cortex temporal.
MÉTHODES:  Vingt-huit hommes et femmes agées de 30 à 53 ans avec une dépression majeure dsm-iv ... Treize patients avaient des séances hebdomadaires d'une heure de thérapie avec le même therapeute supervisé.  Quinze patients prenaient 37,5mg deux fois par jour de venlafaxine chlorhydrate.
RÉSULTATS: Les deux groupes de traitement se sont considérablement améliorés...  Aucun patient n'avaient des anomalies structurales au cerveau...
CONCLUSIONS:  Cette investigation préliminaire a montré une augmentation débit sanguin limbique avec thérapie interpersonnelle, pourtant pas avec la venlafaxine, alors que les deux traitements démontraient une augmentation du débit sanguin du noyau de base.
haut
Autres méthodes psychothérapeutiques
.
"Psychothérapie par analyse transactionnelle ?"
"En psychothérapie, l'analyse transactionnelle utilise l'"adulte" à la fois avec le patient et le clinicien pour résoudre les comportements pathologiques et les pensées pathologiques qui ont comme conséquence l'invalidité. Les analystes transactionnels qualifiés et formés interviennent avec la précision du chirurgien tandis qu'ils travaillent "avec" les patients pour éliminer des comportements dysfonctionnels et pour établir et renforcer un fonctionnement sain" (http://www.itaa-net.org/ International Transactional Analysis Association)

AAPEL: Le concept de base de l'AT est celui des trois états du moi, formés au cours de la petite enfance et qui constituent la structure de toute personnalité : Ce sont le Parent, l’Adulte et l’Enfant. Dans le cas d’un psychisme « idéal », chaque état occupe la bonne place au bon moment...
De ce que nous savons, il n'existe pas d'études validées sur l'AT et le trouble borderline. Des sites comme BPDCentral n'en parlent pas. Cela ne veut pas dire que l'analyse transactionnelle ne "fonctionne pas" mais juste que cela ne semble pas une méthode habituelle pour traiter un trouble borderline
Pour rajouter, sauf erreur de notre part, il semble qu'il n'existe aucune étude de validitée probante sur l'analyse transactionnelle en interrogeant les bases Inserm, Uk ou USA. (N'hésitez pas à nous signaler toute étude validée grade A ou B)
(A=efficacité prouvée, B=présomption d'efficacité)

haut
.
Hypnose thérapeutique ?
C’est un état dans lequel la personne se trouve dans un état de conscience « différent » un peu comme dans un rêve mais éveillé . Sous hypnose la personne perd le contrôle d’elle-même, perd toute initiative.

Et le trouble borderline dans tout ça ?

AAPEL: De ce que nous savons, il n'existe pas d’études validées sur le trouble borderline et l’hypnose. On trouve beaucoup de publications sur les personnalité multiples et l’hypnose. Mais au risque de me répéter je ne pense pas que l’on puisse qualifier le trouble borderline de multiples personnalités.
Alors, l'hypnose, ca marche ou pas ?
Afin de ne pas faire de jaloux, voici 2 points de vue contradictoires.

Je ne peux pas affirmer que l’hypnose fonctionne ou ne fonctionne pas avec le trouble borderline. Le moins que l’on puisse dire c’est que l’on en parle très peu, ce n’est donc pas un traitement « classique ».
Quant à une éventuelle dangerosité je serais enclin de partager le point de vue du Dr Heller. Se trouver dans un état de perte de maîtrise de soi-même alors que l’on a déjà pas vraiment la maîtrise de soi et qu’en plus on est impulsif me semble un peu « chaud » (jouer avec des allumettes), surtout en début de traitement
Pour rajouter, sauf erreur de notre part, il semble que les seules études validées grade B sur l'hypnose le sont sur le stress post traumatique, données trouvées en interrogeant les bases Inserm, Uk ou USA. (N'hésitez pas à nous signaler toute étude validée grade A ou B)
(A=efficacité prouvée, B=présomption d'efficacité)

haut

.
"Thérapie systémique / thérapie familiale ?"
La thérapie systémique repose sur théorie générale des systèmes visant à décrire les propriétés des systèmes ouverts.
Le système est un tout :
Dans l’approche systémique, la famille est conçue comme un système, ce qui arrive à l’un modifie les autres et c’est ce système qui est malade et doit être traité.
Pour faire disparaître les comportements pathologiques, il faut donc identifier et changer les règles
La thérapie est centrée sur les problèmes vécus dans le présent et cherche à obtenir des changements aussi rapidement que possible
Pour résoudre un problème, les chercheurs du groupe de Palo Alto et de l'école de Milan  font appel à des procédés tels que la prescription du symptôme.
La méthode consiste à demander à une personne de reproduire toujours plus les mêmes comportements pathologiques pour pouvoir s’en débarasser (pour provoquer une prise de conscience, pour s’en « dégouter » ??)

AAPEL: De ce que nous savons, il n'existe pas d'études validées sur la thérapie systémique et le trouble borderline. Des sites comme BPDCentral n'en parlent pas. Cela ne veut pas dire que cela ne "fonctionne pas" mais juste que cela ne semble pas une méthode habituelle pour traiter un trouble borderline.
Pour rajouter, sauf erreur de notre part, la thérapie familiale est validée grade A sur la schizophrénie et l'alcoolodépendance (sur adultes), données trouvées en interrogeant les bases Inserm, Uk ou USA. (N'hésitez pas à nous signaler toute étude validée grade A ou B)
(A=efficacité prouvée, B=présomption d'efficacité)

haut
.
"PNL - programmation neurolinguistique ?"
"La programmation neuro-linguistique(PNL) – discipline portant sur l’observation des comportements, des attitudes, des états intérieurs, des croyances et de la façon dont l’on reçoit l’information."
Christine Guiheux - psychothérapeute

AAPEL: De ce que nous savons, il n'existe pas d'études validées sur la PNL et le trouble borderline. Des sites comme BPDCentral n'en parlent pas. Cela ne veut pas dire que cela ne "fonctionne pas" mais juste que cela ne semble pas une méthode habituelle pour traiter un trouble borderline.
Pour rajouter, sauf erreur de notre part, il semble qu'il n'existe aucune étude de validitée probante sur la PNL en interrogeant les bases Inserm, Uk ou USA. (N'hésitez pas à nous signaler toute étude validée grade A ou B)
(A=efficacité prouvée, B=présomption d'efficacité)

haut

.
"Gestalt thérapie ou thérapie de la forme ?"
"Approche globale de l'individu selon les 5 principales dimensions de l'être : physique, affective, cognitive, sociale et spirituelle - ou, en d'autres termes, interaction permanente entre le corps, le cœur, la tête, l'environnement social et l'idéologie sous-jacente de chacun (le sens de sa vie). Travail à la fois verbal et corporel. Se pratique en thérapie individuelle ou en thérapie de groupe. Travail sur le contact, ses évitements et ses ruptures et sur l'analyse de la relation actuelle avec le thérapeute " (Serge Ginger, fondateur de l'École Parisienne de Gestalt - EPG)

AAPEL: De ce que nous savons, il n'existe pas d'études validées sur la Gestalt et le trouble borderline. Des sites comme BPDCentral n'en parlent pas. Cela ne veut pas dire que cela ne "fonctionne pas" mais juste que cela ne semble pas une méthode habituelle pour traiter un trouble borderline.
Pour rajouter, sauf erreur de notre part, il semble qu'il n'existe aucune étude de validitée probante sur la Gestalt en interrogeant les bases Inserm, Uk ou USA. (N'hésitez pas à nous signaler toute étude validée grade A ou B)
(A=efficacité prouvée, B=présomption d'efficacité)

haut

.
"EMDR - Eye Movement Desensitization and Reprocessing - mouvements occulaires ?"
"La thérapie EMDR est une nouvelle méthode de psychothérapie qui utilise la stimulation sensorielle des deux cotés du corps, soit par le mouvement des yeux soit par des stimuli auditifs ou cutanés, pour induire une résolution rapide des symptômes liés à des événements du passé" (EMDR-France)

AAPEL: L'EMDR serait plus un traitement d'appoint de mise en exposition qu'une forme de psychothérapie. Par exemple un thérapeute TCC peut faire quelques séances d'EMDR pour libérer des souvenirs.
Ce type de méthode n'est pas totalement "innocente", le risque dissociatif n'est pas nul.
(voir "Le Journal International De Victimologie, Octobre 2OO2, "Complications thérapeutiques suite au traitement EMDR chez un vétéran traumatisé" - par BRUNET, A. Ph.D., Université McGill Canada)

De ce que nous savons, il n'existe pas d'études validées sur l'EMDR et le trouble borderline. Des sites comme BPDCentral ne recommandent pas la méthode. Cela ne veut pas dire que cela ne "fonctionne pas" mais juste que cela ne semble pas une méthode habituelle pour traiter un trouble borderline.
Pour rajouter, sauf erreur de notre part, l'EMDR est validée grade A sur le stress post traumatique, données trouvées en interrogeant les bases Inserm, Uk ou USA. (N'hésitez pas à nous signaler toute étude validée grade A ou B)
(A=efficacité prouvée, B=présomption d'efficacité)

haut

Divers

.
Espoir
Vous n'êtes pas seul(e), vous êtes parmi beaucoup d'autres même si vous ne les voyez pas, ils souffrent avec vous et comme vous. Je le sais. J'y étais et je n'y suis plus. Cela devrait vous dire qu'il y a de l'espoir. Il y a une lumière, même si celle-ci peut sembler faible, au fond de ce long tunnel dans lequel vous vous trouvez maintenant. Selon mon expérience, la medication raccourciera énormément ce tunnel.
Il y a toujours une lumière pour vous. Il y a de l'amour dehors et la paix. Il y a la guérison.
Je connais la douleur que vous ressentez
http://www.mhsanctuary.com/borderline/therap.htm
La guérison est possible !
haut
.

Je veux adherer à l'association AAPEL / Pourquoi adherer ?
Je veux vous aider ou aider un proche
Je veux en savoir plus sur l'AAPEL et sa vocation
Je veux vous contacter
.

AAPEL - retour page synthese trouble de la personnalité Etat limite Borderline
.
Ouvrages sur le trouble borderline
.

Mise en garde:
Toutes les informations présentes sur ce site sont dans le but d'aider à comprendre une maladie pour le moins "particulière" et déroutante
Mais aussi et surtout à soutenir les personnes qui souffrent, malades ou pas. En tous les cas, il est INDISPENSABLE d'avoir recours à un médecin psychiatre et ou psychothérapeute spécialiste de la maladie pour confirmer ou infirmer un diagnostic
Quoiqu'il en soit le nom d'une maladie importe peu, ce qui compte, c'est d'appliquer le "bon" traitement à chaque malade
.
.
Dernière mise à jour  2013
.
Copyright association AAPELTM - Tous droits réservés
Auteur Alain Tortosa, praticien en psychothérapie, président fondateur de l'aapel
Association loi 1901 à but non lucratif