AAPEL
Trouble borderline état limite.
Ma souffrance actuelle et la peur de l’après (l’après guerison).

Je vis avec ma souffrance, des fois elle était intolérable(envies,suicidaires, angoisses,affreuses), d'autres fois moins nette (malaise existentiel, ennui,vide, angoisse "legère"), d'autres fois je ne la ressens pas ou presque pas mais c'est rare (en soirée, avec l'alcool, etc;.).

On vit elle et moi ensemble depuis toujours

Disons que je vis avec depuis toute petite, je dirais que cette souffrance est allée en amplifiant jusqu'à l'age de 15 ou 16 ans, là ça a commencé à devenir vraiment l'horreur et j'aurais pu y passer, horreur jusqu'à l'age de 22 / 23, puis maintenant je me suis presque habituée,
Je connais la souffrance, je commence à connaitre comment elle se manifeste, comment elle s'arrète. Mais ça reste épuisant, et surtout, pour que les autres ne la voient pas et du coup ne voient pas ses manifestations spectaculaires (crises de rage, de pleurs, angoisses atroces ou on fait n'importe quoi) j'ai du renoncer à pas mal de choses finalement, peu d'amis, peu de sorties.
Q: Pourrais-je dire "ma 'copine' la souffrance" ?
Vous dites c'est presque une petite soeur, c'est amusant car des fois effectivement, je ne sais pas trop comment expliquer, mais je suis un peu fière de souffrir, j'ai l'impression d'avoir quelque chose en plus, mais c'est quand meme très rare.

Q: Pourriez-vous concevoir une vie sans souffrance ? (ou même cela, ca vous fait peur)
Et bien la, juste en ce moment, j'aimerais vraiment ne plus souffrir, c'est vraiment dur, j'aimerais presque me couper la tète pour ne plus ressentir ça. Cette souffrance la est intolérable, mais des fois j'éprouve juste un petit "vague à l'âme".
Je ne peux pas imaginer une vie sans souffrance puisque j'ai toujours souffert, par contre s'il y avait un truc pour que je ne souffre plus jamais, je signe tout de suite !
J'ai envie de pleurer, mon coeur saigne, alors oui vite, que cela s'arrête !

Q: N'avez vous pas peur que si on vous fait l'ablation (terme volontaire) de la souffrance, on vous enlève en même temps votre sensibilité, votre coeur, votre sens de l'écoute, ... , peur de devenir une autre, peur de découvrir une autre Claire ?
Et bien franchement, si vous saviez combien de fois j'ai révé de cette autre Claire !
Je la vois dynamique, responsable, épanouie, etc...pas comme l'actuelle!!
C'est celle-la que je n'aime pas, je ne m'aime pas, j'ai honte de moi, d'être ce que je suis, j'ai l'impression que personne ne me prend au sérieux, alors pensez, si un jour je pouvais être une vraie femme !
Et tant pis si je perds un peu de ma sensibilité, de toute façon j'en avais trop !
Je vais vous dire même, j'ai toujours tendu vers cet idéal, sans jamais y parvenir, alors si c'était possible. Pour que vous compreniez à quel point je ne sais pas qui je suis: il fallait sans arrét que j'imite les faits et gestes, jusqu'à l'intonation de voix, des personnes que j'aimais bien, des copines, etc...et en général j'y arrive, tout le monde me dit "tu as un vrai talent d'imitation" c'est vrai, mais ça veut tout simplement dire que je n'arrive pas à vivre avec moi-même.
Non, je n'ai pas peur qu'on m'enlève cette souffrance, j'ai peur de la garder!

Conclusion
Finalement c'est ça, la souffrance me fait vraiment passer à coté de la vie.
Parce que quand certains se disent "mais s'ils souffrent pourquoi ne le disent-ils pas?" c'est un peu hypocrite, combien d'amis resteraient si vous leur disiez "ben voila, je pique des grosses crises de rage, je casse tout, tu vois je suis un peu dingue parfois". Il y en a plein qui partiraient, j'en suis sure, la maladie mentale fait peur à beaucoup de gens, le malade mental est considéré au mieux avec pitié, au pire avec mépris et rejet. D'ailleurs on ne sait pas vraiment qu'on est malade. Je vous avoue que maintenant que je sais que cette souffrance s'appelle en fait maladie mentale, j'ai un peu honte. C'est quand meme un peu la honte quoi, dans une famille. "elle est folle".

Avec l'aimable collaboration de Claire

Vous pouvez lire "vision positive du trouble: emophane"

Je veux vous aider ou aider un proche
Je veux adherer ŕ l'association AAPEL
Je veux en savoir plus sur l'AAPEL et sa vocation
Je veux vous contacter
.

AAPEL - retour page synthese trouble de la personnalité Etat limite Borderline

Mise en garde:
Toutes les informations présentes sur ce site sont dans le but d'aider à comprendre une maladie pour le moins "particulière" et déroutante
Mais aussi et surtout à soutenir les personnes qui souffrent, malades ou pas. En tous les cas, il est INDISPENSABLE d'avoir recours à un médecin psychiatre et ou psychothérapeute spécialiste de la maladie pour confirmer ou infirmer un diagnostic
Quoiqu'il en soit le nom d'une maladie importe peu, ce qui compte, c'est d'appliquer le "bon" traitement à chaque malade
 

2007