AAPEL
Travail, chomage et trouble borderline.
Trouble de la personnalité borderline etat limite et réinsertion professionnelle.

Introduction:

De nombreuses personnes souffrant d'un trouble borderline ont des problèmes d'emploi et ont été contraintes de sortir (ou même de ne pas pouvoir entrer) du monde du travail
Quand bien même nous vivons dans une société de loisir, le travail reste un support de la dignité et de l’estime de soi en pouvant affirmer «je suis utile à la société» et en tous les cas «je ne suis pas un fardeau pour la société»
Aux questions «Dois-je reprendre le travail», «quel type de travail», il est évident que les réponses dépendent de chaque individu, ce qui fait que ce qui suit ne pourra contenir que des généralités, des pistes...
Rappel important sur le trouble borderline:
Le trouble borderline se résume à un problème de gestion des émotions, ces émotions étant pour beaucoup induites par les relations avec autrui.
C’est d’ailleurs pour cela que de nombreuses personnes qui souffrent du trouble fuient les contacts humains et se réfugient dans une personnalité évitante afin d’endiguer «l’infection»

Ce qu'ils en disent sur travail et trouble borderline

"Etes vous souvent déprimé ? Vous engagez vous dans des comportements auto-destructeurs comme la drogue ou abus d'alcool, anoréxie, boulimie, automutilation ou vous arracher les cheveux ? Vous sentez vous vide au fond de vous ou comme si vous ne saviez pas qui vous êtes ? Etes vous terrifié à l'idée d'être seul et peur d'être abandonné ? Avez-vous des problèmes à finir des projets, garder un travail, ou nouer des relations durables ?" “Sometimes I Act Crazy - Living with Borderline Personality Disorder” Jerold J. Kreisman, M.D., and Hal Straus, 2OO4

“...que vous ayez déja réalisé ou voulez l'admettre, le comportement que vous continuez à perpétuer qui continue à vous blesser et à vous faire perdre travail après travail et relations après relations” A.J. Mahari, 2001 – “BPD: The Loneliest I nner Child?” - www.borderlinepersonality.ca

"L'examen de leur vie professionnelle peut faire apparaitre des difficultés à maintenir un travail" Med League Support Services, Inc. - Medical Topics Borderline Personality

"Des complications communes du trouble de la personnalité borderline incluent...des changements fréquents de travail et perte d'emploi" Tim and Andrea Pheil L.P.N. - Mental Health Sanctuary

"Le mot qui caractérise le mieux la personnalité borderline est "instabilité."
Leurs émotions sont instables... leur pensée est instable... leurs comportements sont instables - souvent avec des périodes d'excellente conduite, d'efficacité élevée et de sérieux alternant avec des manifestations d'immaturité, quitter soudainement un travail, se retirant dans l'isolement.
L'effet sur les autres de tous ces troubles est profond: les membres de la famille ne savent jamais quoi attendre de leur enfant, frere/soeur, conjoint instable à l'exception qu'ils savent qu'ils peuvent s'attendre à des problèmes: menaces et tentatives de suicide, acces de rage et recreminination, mariage, divorces, grossesses et avortements impulsifs, commencements et arrêts de travail à répétition.." Borderline Personality Disorder Resource Center, NewYork-Presbyterian Hospital

"Complications : Leur fonctionnement peut se détériorer en travail non structuré, ou travail scolaire non structuré et pertes d'emploi récurrentes et études interrompues sont fréquentes. Difficultés dans les relations, aussi bien que les divorces sont communes." American Psychiatric Association 2OO4 - Practice Guideline for the Treatment of Patients with Borderline Personality Disorder

"La maladie mentale non diagnostiquée est très coûteuse au milieu de travail. Si elle n’est pas détectée, la qualité du travail et la productivité peuvent être considérablement altérées par le comportement apparemment inexplicable de l’employé malade.
Les employeurs doivent être sensibilisés à la maladie mentale et au fait que celle-ci peut être guérie…
Le travail joue un rôle crucial dans la guérison d’une personne aux prises avec une maladie mentale. Le milieu de travail offre un système de soutien social et une façon souvent idéale pour les personnes de regagner leur sens d’amour-propre, de
contrôle de fierté…
Les employeurs autant que les employés bénéficieront toujours d’efforts visant à éliminer le stigmate associé à la maladie mentale au travail" Hôpital Louis-H. Lafontaine - Association des psychiatres du Canada

"On estime que 1 Canadien sur 5 éprouvera une maladie mentale à un moment quelconque durant sa vie…
Plus de 70 pour-cent des gens atteints de maladie mentale sont en chômage" ACSM La semaine de la santé mentale 2OO2 - La santé mentale et la maladie mentale au Canada

Etudes sur travail et trouble borderline
* Becker DR, Drake RE, Bond GR,... - New Hampshire-Dartmouth Psychiatric Research Center, Concord, USA.
Community Ment Health J. 1998 - Interruption de ttravail chez les personnes souffrant de maladie mentale grave participant à un emploi soutenu.
Pour des personnes avec des problèmes psychiatriques, conserver un travail est souvent plus difficile que d'en trouver un. Une grande proportion des emplois se terminent de façon peu satisfaisante...  Plus de la moitié des emplois étaient insatisfaisants, définis avec la personne quittant un emploi sans avoir d'autres plans ou en étant viré.

* Skodol AE, Gunderson JG, McGlashan TH, et al. -
The American Journal of Psychiatry. 2OO2 -
Les patients avec troubles de la personnalité schizotypique et trouble de la personnalité borderline se sont avérés avoir largement plus de troubles au travail, dans des rapports sociaux, et dans les loisirs.
Une majorité d'études a constaté que les patients présentant des troubles de personnalité étaient plus enclins que ceux sans troubles ou avec d'autres troubles à se séparer, à divorcer, ou jamais mariés et avoir eu plus de chômage, de changements fréquents de travail, ou de périodes d'incapacité.
Les patients borderline étaient moins fréquemment avec un emploi et avaient deux à trois fois plus de chance d'être en incapacité que les patients avec dépression majeure.
Pour les borderline chomage 14%, en incapacité 36% (9 et 17% pour les depressifs)

Parmi les questions que je peux me poser avant de me lancer dans un travail, le choix d'un metier
- Quelle est ma capacité à supporter le stress ?
(Le contact humain pouvant être qualifié de «sur-infection»)
Si je suis dans un état tel que je dois être dans un contrôle de tous les instants, il est évident qu’il ne se passera pas une semaine avant que je ne «craque» nerveusement (dépression, conduites à risques, …)

 
- Qu’est-ce que j’aime ?
Cette question qui semble à priori plutôt simple ne l’est en fait pas du tout. C’est d’ailleurs un point assez important de la psychothérapie, car pour répondre à cette question il est nécessaire de pouvoir savoir qui on est soi-même. Comment pourrais-je savoir ce que j’aime si je ne sais pas qui je suis, ce que je vaux, si j’agis plus en fonction de ce que les autres attendent de moi et non de ce que je ressens?
La question est bien qu'est ce que j'aime et non "qu'est ce que je suis capable de faire ?"

 
- (Si répondre à la question précédente est difficile, voire impossible) Qu’est-ce que je n’aime pas ?
Une fois de plus, il est plus facile de travailler par élimination puis de voir ce qu’il reste à disposition

 
- Dois-je reprendre le travail ?
Posé comme cela, il est impossible de donner une réponse si l’on parle en terme d’obligation. Par contre si la question est «ai-je un intérêt à travailler?», la réponse est probablement «oui si vous le pouvez, si votre état de santé le permet»

 
- Pourquoi reprendre le travail ?
Comme cela est dit dans l’introduction, le travail apporte une dignité, une indépendance financière, un sentiment d’être utile et présente aussi l’avantage de se changer les idées, de s’occuper et donc de combler un ennui.

 
- Quelles sont les activités à bannir (à priori) et à privilégier ?
A moins que vous ne soyez totalement sorti du trouble, il semble évident qu’il est nécessaire de limiter les situations de stress.


,

- Si je résume tout ceci ça donne quoi?
«Je recherche un travail avec une certaine indépendance, peu de rapports humains obligatoires, dans lequel je ne suis pas ou peu responsable des autres mais de moi-même, un travail nécessitant une certaine concentration, une technicité et dans lequel je me sens compétent(e), qui me laisse la porte ouverte à une vie privée et qui soit compatible avec ce que je suis»
 
- Oui mais je ne suis pas formé(e) !
Et bien c’est peut-être l’occasion d’entamer une reconversion vers un travail plus en accord avec vous-même, avec ce que vous êtes.
Il existe de nombreuses solutions de formations professionnelles et de stages rémunérés dans lesquels il y a des débouchés

 
- Vais-je prendre un travail à plein temps ?
Cela dépend bien sur de votre état de santé mais dans un premier temps, je déconseillerais le plein-temps.
Un mi-temps vous permettrait d’allier les deux, c’est à dire vous replonger dans le monde du travail mais tout en limitant le stress.
Supposez que vous ne travailliez plus depuis deux ans, que vous avez toujours certains problèmes de gestion d’émotions. Alors en replongeant dans un travail à plein temps vous risquez de ne pas être à même de supporter le stress et de replonger dans des crises de dysphorie et conduites à risque.

 
- Vais-je m’éloigner de mes proches pour chercher du travail ?
Il est évident que cela dépend de vous mais si vous combinez à la fois le stress d’un nouveau travail et que lorsque vous rentrez chez vous le soir, vous vous retrouvez dans une ville et seul(e), sans famille, sans connaissances, je crains que cette combinaison soit totalement explosive
Conclusion
S’il devait y avoir une conclusion à ceci, elle pourrait être
- Commencez à réfléchir le plus tôt possible à votre futur réinsertion professionnelle
- Pesez le pour et le contre de chaque possibilité
- Démarrez le plus progressivement possible
- Bannissez le contre-nature et les «je n’ai pas le choix» car vous le paieriez tôt ou tard
- N’hésitez pas à vous réorienter si cela ne «colle pas» avec votre situation de l’instant
Pages à lire
En cas "d'impossibilité" de travail, les aides financières possibles (france)
,
AAPEL - retour page synthese trouble de la personnalité Etat limite Borderline
.
Ouvrages sur le trouble borderline
.dans l'emotion d'une borderline

.
Mise en garde:
Toutes les informations présentes sur ce site sont dans le but d'aider à comprendre une maladie pour le moins "particulière" et déroutante
Mais aussi et surtout à soutenir les personnes qui souffrent, malades ou pas. En tous les cas, il est INDISPENSABLE d'avoir recours à un médecin psychiatre et ou psychothérapeute spécialiste de la maladie pour confirmer ou infirmer un diagnostic
Quoiqu'il en soit le nom d'une maladie importe peu, ce qui compte, c'est d'appliquer le "bon" traitement à chaque malade
.
.
Dernière mise à jour septembre 2008
Copyright fédération AAPELTM - Tous droits réservés
Auteur Alain Tortosa, psychothérapeute, président fondateur de l'aapel
Association loi 1901 à but non lucratif

Trouble de la personnalité borderline, état limite, TPL, personalité, border line, bordeline, boderline, border-line, maladie, syndrome, désordre, psy, définition, definition, borderlines