AAPEL
Trouble de la personnalité état limite borderline et trouble de l'identité de genre, dysphorie de genre ou transsexualime

 Introduction:

Connexions entre trouble de la personnalité borderline et trouble de l'identité de genre. Sujet difficile s'il en est, surtout si l'on commence à aborder le problème de la chirurgie. Une fois de plus, le but de ceci n'est pas de stigmatiser mais de montrer qu'il est vraiment important de chercher ce qui se cache derrière un comportement. Vous trouverez sur la dernière partie de ce document notre vision que nous espérons assez globale et à l'écoute de la souffrance
Same page in english / Meme page en Anglais
Glossaire
Données, études
Ce qu'ils en pensent
Point de vue de l'Aapel

Glossaire

Trouble de l'identité de genre : Les personnes avec ce trouble mental se sentent mal à l'aise avec leur genre apparent ou désigné et manifestent une identification persistante avec le sexe opposé

Dysphorie de Genre : Lorsqu'une personne se sent mal à l'aise de façon persistante avec les rôles ou identité de son genre

Transsexualisme : Incidence: 1/30000 males; 1/100000 femelles. Un trouble de l'identité de genre dans lequel la personne croit qu'elle est la victime d'un accident biologique, cruellement prisonnière d'un corps incompatible avec sa propre identité subjective de genre. Le diagnostic est fait lorsque la perturbation a été continue depuis au moins 2 ans. Diagnostic differentiel, souvent difficile à faire, doit être distingué transsexuel de ... personne avec en premier lieu un trouble de la personnalité borderline (the merck manual)

.
Données, études (statistiques, prévalence, comorbidité, co-occurence)
* G De Cuypere, MD; C James, MD - Department of Psychiatry, University Hospital, Gent, Belgium
Trouble de l'identité de genre et comorbidité psychiatrique
120 patients recherchant un traitement chirurgical de changement de sexe (SRS) dans notre clinique ont été évalués en considérant leur symptomatologie transsexuelle aussi bien que leur psychopathologie.
La comorbidité de psychoses ou de trouble de la personnalité borderline d'une part et le transsexualisme d'autre part est commune, causant une difficulté dans le processus de prise de décision pour le clinicien.

* Marantz S, Coates S. - Clinical Services, Comprehensive Rehabilitation Consultants, New York City, NY.
1991 J Am Acad Child Adolesc Psychiatry - Mères de garçons avec trouble d'identité de genre:
Cette étude pilote a comparée des mères d'enfants avec trouble d'identité de genre (GID) avec des mères de garçons normaux pour déterminer si des différences ont pu être identifiées en psychopathologie et dans les attitudes pour élever les enfants et en pratiques. Les résultats de l'interview diagnostique pour Borderline ont révélés que les mères d'enfants avec GID avaient plus de symptomes de depression et répondaient plus souvent aux criteres d'un trouble de la personnalité borderline que la population controle. Cinquante trois (53%) pourcent des mères de garçons avec GID cela comparé aux seuls 6% de la population controle. Les résultats suggerent que les mères étudiées avaient des attitudes pour élever leurs enfants et des pratiques qui encourageaient la symbiose et décourageaient le developpement de l'autonomie de l'enfant.

* Meyer JK.
1982 J Am Psychoanal Assoc  - The theory of gender identity disorders.
Des experiences menées avec plus de 500 patients au cours de la dernière décennie a conduit à la conclusion que la demande de changement de sexe est une formation symptomatique de compromis remplissant des fonctions défensives et expressives. The symptoms are the outgrowth of developmental trauma affecting body ego and archaic sense of self and caused by peculiar symbiotic and separation-individuation phase relationships. The child exists in the pathogenic (and reparative) maternal fantasy in order to repair her body image and to demonstrate the interconvertability of the sexes. Gender identity exists not as a primary phenomenon, but in a sense as a tertiary one. There is, no doubt, a tendency to gender-differentiate in a way concordant with biological endowment. Néanmoins, la formation du genre est sérieusement compromise par des difficultés psychologiques très tôt. L'identité de genre est une acquisition fondamentale dans le developpement de la personnalité, but it is part of a hierarchical series beginning with archaic body ego, early body image, and primitive selfness, representing their extension into sexual and reproductive spheres. Gender identity consolidates during separation-individuation and gender pathology bears common features with other preoedipal syndromes

* Wise TN, Meyer JK.
1980 Arch Sex Behav
La dysphorie de genre a été cliniquement associée au trouble de la personnalité borderline

Autres données, merci de lire les données sur adoption et trouble borderline


Identité de genre et trouble borderline, ce qu'ils en disent
"Une personne avec un trouble d'identité de genre est une personne qui s'identifie fortement à l'autre sexe.  La personne peut s'identifier avec le sexe opposé au point de croire qu'il / elle est, en fait, un membre du sexe opposé qui est emprisonné dans le mauvais corps
- Les garçons avec des problèmes d'identité de genre feignent ne pas avoir de pénis;  ils veulent qu'il soit enlevé, et ils souhaiteraient avoir eu un vagin.
- Les filles avec un trouble d'identité de genre souhaitent qu'un pénis grandisse, et n'ont pas hate de voir leurs seins pousser ou avoir des règles.  Elles voudraient être un homme quand ils grandiront
Fréquemment, les personnes avec un trouble d'identité de genre se plaignent qu'elles sont 'nées avec le mauvais sexe.'  Elles décrivent leurs organes sexuels comme 'laids' et s'abstiennent de toucher leurs organes génitaux.  Ceux avec le trouble peuvent montrer des signes pour essayer de cacher leurs caractéristiques sexuelles secondaires" (John L. Miller, M.D., P.S, “gender identity disorder”, ahealth.com 2000)

"Les causes du trouble d'identité de genre sont inconnues, mais les influences d'hormones dans l'utérus (donc prénatal), la génétique, et des facteurs environnementaux (comme l'éducation des enfants) sont suspectés pour avoir une influence" (Yvette Cruz, M.D, “gender identity disorder”, medlineplus 2OO2)

"Dans le DSM-IIIR, l'identité de genre était un des critères diagnostic du trouble borderline. Que celui ci soit partie intégrante de la maladie ou pas n'est pas clair, mais il y a une plus forte incidence de problèmes d'identité de genre dans le trouble borderline que ce que nous voyons dans la population générale" (Tim Pheil L.P.N, “Borderline Personality Disorder and Gender Identity Disorder”, Bpd Sanctuary)

"Il y a eu une étude il y a approximativement 10 ans qui a montré que  50% des transsexuels perdaient leur désir de changer de sexe lorsqu'ils étaient traités avec du  Tegretol.
Bien que je doute que tous les transsexuels souffrent d'un trouble borderline, l'association des deux est très très forte. Les personnes avec des problèmes d'identité de genre aussi souvent aussi un trouble borderline" (Leland M. Heller, MD, “Borderline Personality Disorder and Transsexualism”, biologicalunhappiness.com)


Point de vue de l'Aapel sur l'identité de genre, le transsexualisme et le trouble de la personnalité borderline
Voici notre sentiment.

Attention, attention, attention, "marchons sur des oeufs"
Il semblerait qu'il y a un lien étroit entre trouble de l'identité de genre et trouble borderline.
Cela signifie que beaucoup de personnes avec un trouble de genre ont, en fait, un trouble borderline (mais attention, le contraire n'est pas vrai, le nombre de personnes avec un trouble borderline ayant une trouble de genre est beaucoup plus faible même si beaucoup de personnes borderline ont un trouble d'identité sexuelle, c'est à dire qu'ils ne savent pas si ils sont homo ou hetero ou les 2)

Une fois encore, et cela nous, cela ne constitue pas une "surprise" lorsque l'on sait que la plupart des personnes borderline ne savent pas qui elles sont vraiment. Ainsi pour certaines, elles ne savent pas si elles sont un male ou une femelle...
.
Lorsque nous disons "attention", nous pensons qu'il est criminel de laisser une personne commencer un traitement hormonal pour changer de sexe et encore plus la chirurgie, cela sans auparavant s'assurer que cette personne a ou pas un trouble borderline.
Pouvez-vous imaginer la situation d'une personne changeant de sexe dans le but de se découvrir elle-même et constatant alors que les réponses qu'elle cherchait ne sont pas au bout du voyage  !
Non, non, non.  Nous n'avons pas le droit dans ce type d'exemple de nous tromper de diagnostic.

Merci de lire aussi la page Trouble borderline et dépendances sexuelles
AAPEL - retour page synthese trouble de la personnalité Etat limite Borderline
.
Ouvrages sur le trouble
.
.
Mise en garde:
Toutes les informations présentes sur ce site sont dans le but d'aider à comprendre une maladie pour le moins "particulière" et déroutante
Mais aussi et surtout à soutenir les personnes qui souffrent, malades ou pas. En tous les cas, il est INDISPENSABLE d'avoir recours à un médecin psychiatre et ou psychothérapeute spécialiste de la maladie pour confirmer ou infirmer un diagnostic
Quoiqu'il en soit le nom d'une maladie importe peu, ce qui compte, c'est d'appliquer le "bon" traitement à chaque malade
.
.
Dernière mise à jour septembre 2008
Copyright fédération AAPELTM - Tous droits réservés
Auteur Alain Tortosa, psychothérapeute, président fondateur de l'aapel
Association loi 1901 à but non lucratif

Trouble de la personnalité borderline, état limite, TPL, personalité, border line, bordeline, boderline, border-line, maladie, syndrome, désordre, psy, définition, definition, borderlines