Trouble Borderline, état limite
Je "fonctionne" normalement mais sous stress et pas très longtemps
J’ai un problème de concentration puis " ça part dans tous les sens "

Données études

* Ceumern-Lindenstjerna IA, Brunner R, Parzer P,... - Psychiatrische Klinik der Universitat Heidelberg, Abteilung Kinder- und Jugendpsychiatrie, Germany
2OO2 Fortschr Neurol Psychiatr. - Borderline personality disorder and attentional biases. (Troubles de la personnalité et distortions se rapportant à l'attention)
"Les résultats empiriques préliminaires suggèrent que les patients présentant un trouble de personnalité borderline démontrent des distortions d'attention pour tous les stimuli emotionnellement négatifs et pas une distortion d'attention sélective aux stimuli spécifiquement borderline"
Témoignage
Questions à Annie
C’est en ayant des échanges avec vous que m'avez donné l'idée du sujet...

Q: Si nous parlons d'un sujet X, mais si votre réponse est un peu longue (en nombre de phrases) alors vous avez tendance à vous " égarer " et partir sur un autre sujet. C'est à dire qu'au début tout va bien mais vous finissez hors sujet
Oui c'est totalement vrai, je m'en rends compte d'ailleurs, c'est pareil dans une discussion, je suis capable de partir sur un autre sujet, je pars dans d'autres directions.

C'est un manque de structure j'imagine, c'est d'ailleurs aussi pour ça que j'ai du mal à parler aux autres de mes problèmes, "ça part dans tous les sens".

Q: Si je vous pose peu de questions à la fois, vous suivez parfaitement mes questions mais par contre que si j'en pose trop, "vous n'arrivez pas au bout" les dernières questions sont perdues corps et bien ou survolées. Ceci va dans le sens de "elle est dans la lune" mais cela me semble une réelle incapacité à vous concentrer sur la durée.
Exactement, je n'arrive pas à me concentrer dans la durée, ça a toujours été un problème pour moi, à l'école aussi, puis au collège, au lycée, à la fac, je n'arrivais jamais à me concentrer plus de 15 min dans un cours, je me mettais à rêvasser, puis de nouveau concentration, puis de nouveau rêvasserie.

Quelquefois cependant j'y arrivais, quand j'étais anxieuse ou stressée : j'avais raté un controle, il fallait absolument que je reussisse celui d'aprés, donc je buchais comme une folle en classe, et à la maison aussi.
Mais il est vrai qu'en général, à la maison aussi j'avais du mal à travailler, je me déconcentrais vite. Je crois que j'avais des capacités d'après les profs, mais j'étais trop déstructurée pour en profiter au maximum.

Q: Comment faisiez-vous avec des devoirs de 4 heures ?
Comment avez-vous réussi à avoir un BAC, à passer des examens, votre intelligence n'étant de toute évidence pas en cause ?
Paradoxalement, dans les épreuves du bac ou des concours où il fallait tenir 4 ou même 5h, j'ai réussi grâce à l'adrénaline. En fait c'est ça, il fallait absolument que j'arrive " stressée à mort " pour tenir les 4h, alors que si j'arrivais indifférente, en général je ne marchais pas trop.

Q: Mais dans votre travail, vous n'avez pas besoin de concentration "longue durée ? "
Non effectivement, il m’est possible d’alterner plus ou moins des périodes de concentrations et de détentes. J’aime mon boulot, mais je ne pense que je ne pourrais pas faire autre chose, je pense que vraiment j'étais faite pour ça.

Q: Vos collègues de travail ne " savent " pas que vous avez ce problème de concentration ?
Non mes collègues ne savent pas, mon travail n’est pas un travail en équipe, je ne vois mes collègues que par brèves périodes ou à midi, donc non, je suis alors très gaie, ça marche bien.
Quelquefois il peut peut-être m'arriver d'être moins concentrée à certains moments ou ça ne dérange pas. Mais le fait que j’aime bien mon métier m’aide à rester concentrée

Q: Vous n'avez donc pas d'amis parmi eux, vie compartimentée ?
C'est marrant que vous écriviez "vie compartimentée" car c'est exactement ce terme que j'employais moi-même quand j'avais 20 23 ans à peu prés. Je me disais "je compartimente ma vie", c'était ça, par exemple je ne montrais jamais mes petits copains à mes parents

Q: Pour en revenir à la "performance". Vous pouvez être "performante" mais vous avez besoin d'un stress permanent ?
Oui j'ai besoin du stress pour pouvoir etre efficace, performante, d'ailleurs avant de reprendre le boulot chaque matin je suis stréssée alors que j'aime mon boulot, mais il faut que je sois stressée pour pouvoir etre performante, après que j'ai commencé je ne suis plus stréssée, le stress me met "sur les rails", et après j'y arrive.
D'ailleurs je suis stressée aussi quand je dois prendre l'avion, ou le train, je verifie 10 fois et plus l'horaire du départ, le lieu(quai ou porte d'embarquement), j'arrive toujours hyper à l'avance.

Q: Mais ça doit être crevant ce stress pour "fonctionner" ?
Quand je rentre du boulot effectivement je suis vidée, je ne peux plus assurer pour le reste, je m'affale devant la TV ou bien je vais à l'ordinateur (comme la !), je fais chauffer une tasse de thé au micro-onde, et des fois j'oublie, le bip sonne 2,3 4 fois et puis finalement c'est mon conjoint qui va arreter, et je suis obligée d'aller le faire réchauffer, je bulle quoi!
J'ai une impression d'être vraiment lessivée, alors que mon conjoint lui arrive un peu fatiqué certes mais parvient à faire plein d'autres choses.
Aprés les 4h d'épreuves du bac ou des concours, ou les 3 jours de partiel à la fac, je peux vous dire que j'étais completement amorphe pendant un bon moment !

Avec l'aimable collaboration d'Annie

Merci de lire la page Trouble borderline et réinsertion professionnelle ainsi que la page Trouble de déficit d'attention

Je veux vous aider ou aider un proche
Je veux adherer ŕ l'association AAPEL
Je veux en savoir plus sur l'AAPEL et sa vocation
Je veux vous contacter
.

AAPEL - retour page synthese trouble de la personnalité Etat limite Borderline

Mise en garde:
Toutes les informations présentes sur ce site sont dans le but d'aider à comprendre une maladie pour le moins "particulière" et déroutante
Mais aussi et surtout à soutenir les personnes qui souffrent, malades ou pas. En tous les cas, il est INDISPENSABLE d'avoir recours à un médecin psychiatre et ou psychothérapeute spécialiste de la maladie pour confirmer ou infirmer un diagnostic
Quoiqu'il en soit le nom d'une maladie importe peu, ce qui compte, c'est d'appliquer le "bon" traitement à chaque malade
 

Dernière mise à jour 2013
tous droits réservés