Troubles de la personnalité borderline (état limite), la guérison ?.
Introduction:
Trouble de la personnalité borderline et guérison. Pour faire court, la réponse est "oui, on peut parler de guérison" et ce n'est pas uniquement notre vision, de nombreuses études internationales basées sur les critères DSM disent la même chose. Vous trouverez sur la dernière partie de ce document notre vision que nous espérons assez globale et à l'écoute de la souffrance.
Meme page en Francais / Same page in french
Données, études sur guérison et état limite.
Ce qu'ils en pensent
Point de vue de l'Aapel
.
Données, études (statistiques, prévalence, comorbidité, co-occurence)
* Perry JC, Banon E, Ianni F. -Institute of Community and Family Psychiatry, McGill University, Canada.
1999 Am J Psychiatry - Efficacité des psychothérapie pour les troubles de la personnalité.
L'efficacité des psychothérapies pour les troubles de la personnalité dans études sur les résultats de psychothérapie
Quinze études.
Résultats: Toutes les études ont indiqué une amélioration des troubles de la personnalité avec la psychothérapie.
Cela incluait Thérapie psychodynamique/analytique/interpersonnelle, cognitive comportementale, combinaison, et thérapies de soutien.
Un modèle issu de la collecte des documents basé sur ces résultats a estimé que 25,8% des patients souffrant de trouble de la personnalité se rétablissaient par année de thérapie, un taux sept fois plus important que celui publié d'un modèle se basant sur l'évolution naturelle d'un trouble de la personnalité borderline(3,7% se rétablissant par ans, avec un rétablissement de 50% de patients nécessitant de 10,5 années d'évolution naturelle).
CONCLUSIONS:  La psychothérapie est un traitement efficace pour les troubles de la personnalité

* Zanarini MC, Frankenburg FR, Hennen J, ... - Laboratory for the Study for Adult Development, McLean Hospital
2OO3 Am J Psychiatry. - L'évolution à long terme de la psychopathologie borderline: Suivi prospectif sur six années de la phénoménologie du trouble de la personnalité limite.
OBJECTIF: La phénoménologie syndromale et sous-syndromale du trouble borderline a été étudiée pendant 6 ans de suivi prospectif. MÉTHODE: La psychopathologie de 362 patients hospitalisés pour des troubles de personnalité a été évaluée. 290 de ces patients répondaient aux critères DIB-R et DSM-III-R pour un trouble borderline et 72 aux critères DSM-III-R pour d'autres troubles de l'axe II (sans aucun critère pour le trouble borderline). La pluparte des patients borderline ont reçu de multiples traitements avant la première admission et durant l'étude. Plus de 94% des sujets survivants ont été réévalués à 2, 4, et 6 ans par des intervieweurs n'ayant pas connaissance des informations précédemment récoltées.
Résultats: 34.5% des sujets borderlines répondaient aux critères de rémission après 2 ans, 49.4% après 4 ans, 68.6% après 6 ans, et 73.5% (de rémission) sur la totalité du suivi. Seuls 5.9% des patients en rémission ont subis des rechutes. Aucun des sujets témoins présentant des troubles de l'axe II n'a développé de trouble borderline durant le suivi. Les patients souffrant de trouble de la personnalité limite ont vu leur niveaux de symptomes diminuer sur les 24 modes de comportements mais sont restés symptomatiquement distincts des sujets de comparaison. Les symptômes impulsifs ont été résolus les plus rapidement, les symptômes affectifs étaient les plus chroniques, les symptômes cognitifs et interpersonnels étant entre les deux.
CONCLUSIONS: Ces résultats semblent indiquer que l'amélioration symptomatique est à la fois commune et stable, même chez les patients borderline les plus perturbés, et que le pronostic symptomatique pour la plupart des patients bordelines gravement malades, mais pas tous, est meilleur que ce que l'on croyait.

* Paris J, Zweig-Frank H. - Département de Psychiatrie, Université McGill, Montréal, Canada.
2OO1 Compr Psychiatry. - Suivi sur 27 ans de patients souffrant de trouble de la personnalité borderline.
Soixante-quatre (64) patients avec un trouble borderline ont été suivis sur une durée moyenne de 27 ans. Les pronostics ont été évalués par l'utilisation du Diagnostic Interview for Borderlines "Entrevue Diagnostique pour Borderlines", Revised (DIB-R); DSM-III-R Diagnosis (SCID); etc. La plupart des patients ont montré une amélioration considérable... cinq (7.8%) patients seulement répondant encore aux critères de la maladie... Quatorze patients avaient des symptômes répondant aux critères SCID de la dysthymie et présentaient un diagnostic significativement inférieur sur toutes les mesures. Le taux de suicides du groupe d'origine atteint 10,3% avec 18,2% du total des malades à présent décédés

* Paris J. - Department of Psychiatry, McGill University Montreal, Quebec, Canada.
2OO2 Harv Rev Psychiatry - Implications de la recherche sur le pronostic à long terme pour la gestion des patients présentant un trouble de la personnalité limite.
Des études sur un suivi de 15 et 27 ans faites sur des patients borderlines prouvent que la plupart d'entre eux ne répondent plus aux critères complets du trouble dès l'âge de 40 ans et montrent encore plus d'amélioration à partir de 50 ans. Les mécanismes qui sous-tendent la rémission ont pu inclure la maturation, l'apprentissage social, et l'évitement d'intimité conflictuelle. L'instabilité affective change plus lentement que l'impulsivité. Le taux de suicide chez ces patients approche les 10%, la plupart des actes se produisant tard au cours de la maladie; la mortalité précoce dépasse les 18%, toutes causes confondues. Tous ces résultats ont des implications cliniques. Bien que les effets des traitements doivent être évalués dans un contexte d'amélioration naturelle, la thérapie peut accélérer la rémission.

Merci de lire d'autres données sur notre page thérapie, par exemple trouble bipolaire suivi et récurrence


Borderline et guérison, ce qu'ils en disent
"Peut-on guérir d'un trouble Borderline ? Le mot "guérison" est-il approprié? Je parle du fait que je me suis rétabli du syndrome Borderline, donc il peut être surmonté. Apprendre à identifier ses choix et prendre la responsabilité de ceux-ci est le chemin vers "la guérison".
Il *y a*  un remède, pour parler ainsi. Naturellement vous saviez que j'allais dire cela, pas vrai ? Je me suis rétabli d'un trouble Borderline. Ceci signifie que je suis "guéri". Gardez à l'esprit que j'ai toujours pensé que lorsque cela provient de  troubles de la personnalité et de maladie mentale nous employons habituellement le terme rétabli. Pour moi la guérison semble plus s'appliquer aux maladies physiques.
Je sais qu'il y a une manière de se sentir mieux et laisser le syndrome Borderline derrière nous. Cependant, je ne penserais pas à elle comme d'un traitement unique mais plutôt d'une série de milliers de traitements. Par ceci je veux dire que c'est à chaque personne de défaire les dommages relationnels - émotionnels qui sont en grande partie responsables des réactions = mécanisme de défense et de la rigidité cognitive du patient borderline. Des milliers de "traitements" parce que le syndrome Borderline comporte de telles couches entourant tant de problèmes. Chacun de ces problemes doit être convenablement abordé en fonction de chacun afin de se rétablir.
...
Je sais que ce n'est pas plaisant de lire que vous avez un trouble borderline mais le trouble borderline est en gros une série de choix maladapté(???). Qu'il ait ou pas des composantes biologiques, on peut guérir de lui. En apprenant de nouvelles et saines manières d'etablir des rapports à soi-même et aux autres, de nouvelles et saines manières de penser, de percevoir, d'agir, d'être et de se sentir mèneront à la maturation émotionnelle nécessaire pour laisser le trouble borderline derrière soi.
Beaucoup n'apprécient pas lorsque je parle de choix mais quand nous sommes jeunes, que nous soyons maltraité ou que nous n'ayons pas nos besoins satisfaits, ou tous les deux, nous faisons des choix, des choix inconscients qui deviennent alors des modèles et des habitudes
...
Dans mon processus de rétablissement je n'ai pas pensé à être ou à devenir guéri, j'ai pensé à aller mieux, à me sentir mieux, à sortir ma douleur et à l'étudier pour me lier à d'autres d'une manière appropriée à mon age et cohérente. J'ai dû travaiIler pour sortir de la souffrance d'un enfant pour "grandir". Si vous vous en tenez à la douleur (intérieur) d'enfant et que vous ne la guérissez pas, elle vous retiendra et vous maintiendra coincé dans le modele-comportemental du trouble Borderline
Se remettre d'un trouble Borderline est un long processus de problemes à démêler, de pensées déformées, de réactions et de mauvaises perceptions. C'est une façon de défaire les choix qui ont été faits soit à un âge très jeune ou comme le résultat de douleurs ressenties, de besoins non satisfaits, certains traumatismes ou menaces physiques et ou emotionnelles. Apprendre à comprendre comment vous faites des choix, et pourquoi cela vous permettra de prendre alors la responsabilité de vous-même, de vos choix et de vos actions, qu'importe que la raison vous perçeviez en soit la cause ou pas. C'est la pierre angulaire de la guérison du syndrome Borderline en introduisant - LA RESPONSABILITÉ PERSONNELLE.
...
Le rétablissement a plus à faire avec cela à mon avis. Personne ne m'a "guéri" Bien que j'ai travaiIlé avec des therapeutes etc.. c'était, au bout du compte, moi qui ait fini par me connaître, moi qui ai forgé une relation avec moi. C'était moi qui a pris le responsabilité personnelle (et continue) pour moi. C'est moi qui fait les pensées et les sentiments et ainsi de suite dans ma vie qui est maintenant "moyennement-normale" et plus borderline. Je me suis trouvé moi-même. J'ai appris à tout comprendre au sujet de mes choix passés et comment je suis responsable des choix que j'ai fait, que je fais et d'autres choix que je ferai à l'avenir.

Le rétablissement du trouble de la personnalité borderline (ou pas) est un choix. Pour la plupart des borderlines les questions qui doivent être traitées sont nombreuses, entrelacées et interconnectées. Ces questions peuvent ne pas toutes avoir la même cause. Par conséquent la meilleure manière de guérir du trouble borderline est d'adopter une approche éclectique. Trouvez ce qui fonctionne pour vous, ce qui a un sens pour vous et vous permet de continuer à défier votre douleur et vos perceptions.

Le syndrome borderline ne peut pas se guérir avec une pillule (AAPEL: pas qu'avec). Le trouble borderline ne peut pas être traité par une simple thérapie. L'état limite est  surmonté, ou vaincu et rendu à son passé quand on mûrit émotionnellement au point de satisfaire ses propres besoins, prenant soin de ses besoins, possédant la responsabilité personnelle et quand on est re-parented (???) au point finalement de pouvoir se consolider et ou s'apaiser soi même.
...
N'attendez pas de quelqu'un qu'il vous guérisse pour rendre votre vie, vos problèmes, votre monde meilleur - les réponses dont vous avez BESOIN SONT en vous. TravaiIlez avec votre therapeute mais comprennez que tandis que d'autres peuvent vous aider, c'est vous qui êtes responsable de votre propre rétablissement." (Ms. A.J. Mahari - December 23, 2OOO www.borderlinepersonality.ca/borderthecure.htm )


Point de vue de l'aapel sur "peut-on guérir d'un trouble de la personnalité borderline ?"
Voici notre sentiment

Peut-on guérir ?
Oui, il y a guérison dans le sens ou il ne sera plus possible de diagnostiquer un trouble de la personnalité borderline. Cela signifie que les traits du trouble seront atténués au point qu'ils deviendront trop faibles pour faire un diagnostic... de nombreuses études disent la même chose

Il est bien entendu que le but d'un traitement (volonté, aide, medication, thérapie, ...) n'est pas de faire de vous une autre personne. Il n'est pas non plus de changer votre "nature" mais de diminuer la souffrance.
Ce n'est pas parce que vous avez un trouble borderline que vous êtes hypersensible, non ! C'est parce que vous étiez hypersensible que vous étiez plus "à risque" de développer une personnalité borderline (limite) !
De ce fait, si nous guérissons un trouble borderline, nous ne "guérissons" pas la sensibilité !
Quand nous souffrons d'un trouble borderline, son hypersensibilité est au service de sa propre autodestruction et quand le trouble est guéri, l'hypersensibilité peut alors être au service des autres...

merci de lire therapies et borderline et "émophane, vision positive du trouble ?" ainsi que les pages sur le "cout du non-traitement".

Veuillez noter aussi qu'il n'est pas aisée d'avoir de témoignages guéries. D'abord il peut nous arriver de recevoir des témoignages de personnes qui pensent ou veulent se convaincre qu'elles le sont et qui parfois ne le sont pas.
D'autre part, je sens une grande volonté de la part de celles et ceux qui sont sortis du trouble de tourner la page. Bien souvent elles ne veulent plus repenser à ces années de souffrance et coupent alors tout contact, ce qui peut se comprendre.


AAPEL - retour page synthese trouble de la personnalité Etat limite Borderline
Ouvrages sur le trouble
.
,
Mise en garde:
Toutes les informations présentes sur ce site sont dans le but d'aider à comprendre une maladie pour le moins "particulière" et déroutante
Mais aussi et surtout à soutenir les personnes qui souffrent, malades ou pas. En tous les cas, il est INDISPENSABLE d'avoir recours à un médecin psychiatre et ou psychothérapeute spécialiste de la maladie pour confirmer ou infirmer un diagnostic
Quoiqu'il en soit le nom d'une maladie importe peu, ce qui compte, c'est d'appliquer le "bon" traitement à chaque malade

Dernière mise à jour 2013

Copyright association AAPELTM - Tous droits réservés
Auteur  praticien en psychothérapie, président fondateur de l'aapel
Association loi 1901 à but non lucratif