Trouble de la personnalité état limite borderline et adoption
Les enfants adoptés sont-ils plus susceptibles de développer le trouble ou pas ?

 Introduction:

Connexions entre trouble de la personnalité borderline et adoption. Il semble y avoir un manque d'études à ce sujet et les apparences sont parfois trompeuses (on peut dire qu'on en a l'habitude dès que l'on parle du trouble borderline). Peut-être que le problème n'est pas "adoption" mais "abandon". Vous trouverez sur la dernière partie de ce document notre vision que nous espérons assez globale et à l'écoute de la souffrance
Same page in english / Meme page en Anglais
Données, études
Point de vue de l'Aapel
.
Données, études (statistiques, prévalence, comorbidité, co-occurence)
* Wilson. : Green. : Soth.
1986 - Trouble borderline chez les adoptés.
Des rapports notent que beaucoup de patients adoptés hospitalisés (10 sur 21) avaient un diagnostic de trouble de la personnalité borderline

* Zucker KJ, Bradley SJ. -
1998 Can J Psychiatry - Sur-représentation des personnes adoptées des garçons avec trouble de l'identité de genre.
Le pourcentage de garçons avec des problèmes d'identité de genre qui avaient été adoptés très tot (7.6%) était considérablement plus important que ceux des males adoptés durant les deux premières années de leur vie (1.5%)
Voir page trouble d'identité de genre et trouble borderline

* Slap G, Goodman E, Huang B. - Div of Adolescent Medicine, Children's Hospital Medical Center, Cincinnati, Ohio
2001 Pediatrics 2001 - Adoption comme facteur à risque pour des tentatives de suicide durant l'adolescence.
Les personnes adoptees different considérablement des personnes non adoptées sur 4 des 26 variables. Ils étaient plus disposés à faire des tentatives de suicide (7.6% contre 3.1%) et à avoir reçu des soins psychologiques dans l'année précédente (16.9% contre 8.2%), et leur mère indiquaient une plus grande éducation parentale et revenus familiaux.

* Hjern A, Lindblad F, Vinnerljung B. - Centre for Epidemiology, Stockholm, Sweden
2OO2 Lancet - Suicide, maladie psychiatrique et inadaptation sociale chez les personnes adoptées venant d'un autre pays en Suede:
Les adoptes en Suède ont une fort risque de problèmes mentaux graves et d'inadaptation sociale à l'adolescence et au début de l'age adulte. Nous prévenons les professionnels de fournir une considération appropriée à ce fort risque de suicide chez les patients adoptés d'un autre pays.

* Cubito DS, Brandon KO.- Department of Psychology, University of South Florida, Tampa
2OO2 Am J Orthopsychiatry - Modifications psychologiques chez adultes adoptés: estimation de la souffrance, depression, et colère.
Les analyses étaient conduites par genre, statut de leur recherches, ex ceux qui n'avaient cherché, ceux qui cherchaient, et ceux qui avaient eu un contact avec leurs parents biologiques; et par antécédents d'utilisation de services de santé mentale. Comparé à des données normatives, l'échantillon a rapporté des niveaux considérablement plus élevés d'inadaptation psychologique; seules les femmes adoptées avaient un score plus élevé de mesure de colère. Les score moyens des adoptés étaient élevés mais ne s'approchaient pas des niveaux typiques des populations non hospitalisées

* Warren SB. - University of Cicago, IL.
1992 J Am Acad Child Adolesc Psychiatry - Seuil plus bas chez les patients envoyés en traitement psychiatrique pour les adolescents adoptés.
Les données épidémiologiques sur un échantillon national de 3,698 adolescents, parmi lesquels 145 étaient adoptés, indique que l'adoption augmente sensiblement la probabilité d'envoi vers un traitement psychiatrique même après controle du fait que les personnes adoptées affichent plus de problèmes comportementaux et viennent de familles plus éduquées. Cela s'explique par le fait que les adoptés sont plus facilement envoyés en consultation quand ils affichent peu de problèmes. Ainsi, contrairement au mythe populaire et à la tradition clinique, la sur-representation des jeunes adoptés dans les institutions n'est pas attribuable seulement au fait que les adoptés ont plus de problèmes

Autres données, merci de lire les données / études


Point de vue de l'Aapel sur l'adoption, l'abandon d'un enfant et le trouble de la personnalité borderline
Voici notre sentiment.

Peut-on parler de lien direct entre adoption et trouble borderline ?
Nous pensons que ce n'est pas la bonne question à poser.
Il est statistiquement quasi certain que les enfants adoptés sont des enfants vraiment "désirés". Hélas la certitude est moins présente pour des enfants biologiques
L'étude de Warren's apporte une lumière interessante "les personnes adoptées consultent plus et de façon significative, lorsqu'elles présentent quelques problèmes". Les parents sont généralement dans ce genre de situation plus attentifs aux problèmes psychologiques de leur enfant.
Nous pensons donc le problème ne doit pas être abordé sous cet angle

Mais il est connu que les enfants adoptés ont plus de problèmes !
Oui bien sur, mais il n'est pas nécessaire d'être un géni pour comprendre qu'ils se sentent mieux dans une nouvelle famille aimante que dans une précédente famille dans laquelle l'enfant était négligé ou subissait des violences, et même que dans un orphelinat (c'est un exemple)

Alors pour vous, quel est le "vrai" problème si vous pensez que l'adoption n'est pas la "cause" ?
Pour nous, la raison principale n'est pas "l'adoption" mais "l'abandon"
Perdre ses parents biologiques, soit parce qu'ils sont morts, soit parce qu'ils étaient mauvais (abus, négligence), malades, ou pour des raisons économiques ou autres... est de fait un vrai traumatisme pour tout enfant dans une telle situation et certainement d'autant plus qu'il a vécu pendant un temps avec sa mère biologique.
Merci de lire la page Trouble borderline et stress post traumatique
Une autre piste qui pourrait expliquer des chiffres plus importants, c'est que bien souvent, et surtout lorsque l'enfant adopté vient d'un autre pays, on dispose de peu ou pas d'informations sur les parents biologiques, qui sait alors si il n'y avait pas de problèmes mentaux dans sa famille ?
C'est pour ces raisons que nous pensons que l'adoption n'est pas un traumatisme mais une nouvelle chance pour l'enfant. C'est l'abandon (parfois un mal nécessaire) qui constitue le traumatisme et donc un facteur à risque réel, et à surveiller, pour développer un trouble borderline.
A vous de nous dire ce que vous en pensez...

AAPEL - retour page synthese trouble de la personnalité Etat limite Borderline

Mise en garde:
Toutes les informations présentes sur ce site sont dans le but d'aider à comprendre une maladie pour le moins "particulière" et déroutante
Mais aussi et surtout à soutenir les personnes qui souffrent, malades ou pas. En tous les cas, il est INDISPENSABLE d'avoir recours à un médecin psychiatre et ou psychothérapeute spécialiste de la maladie pour confirmer ou infirmer un diagnostic
Quoiqu'il en soit le nom d'une maladie importe peu, ce qui compte, c'est d'appliquer le "bon" traitement à chaque malade

Dernière mise à jour  2013
Copyright fédération AAPELTM - Tous droits réservés
Auteur , président fondateur de l'aapel
Association loi 1901 à but non lucratif

Trouble de la personnalité borderline, état limite, TPL, border line, maladie, syndrome, désordre, psy, définition, definition, borderlines